18 avr. 2018

Vers une ZAD à Strasbourg au pied des institutions européennes ?



Strasbourg a beau être la capitale française du vélo, elle n’en reste pas moins une ville où le vélo doit toujours être défendu pour faire valoir ses droits et ne pas servir de variable d’ajustement. Il y a parfois des choses qui passent pratiquement inaperçue comme la suppression des bandes cyclables de la rue Sengenwald au profit d’un couloir bus ou la disparition totale du marquage de la bande cyclable du quai Sturm entre la place de la République et la rue du Général Frère et d’autres qui, même si elles sont préparées dans le plus grand secret, éclatent soudainement au grand jour et provoquent la colère et l’incompréhension des cyclistes locaux. 

C’est le cas du projet de fermeture à la circulation des piétons et des cyclistes des berges de l’Ill à proximité des institutions européennes. Piloté par ses dernières et autorisé par l’Etat sans consultation de la ville de Strasbourg, ces travaux ont pour objectif de sécuriser le Conseil de l’Europe et le Parlement européen de potentielles attaques terroristes. C’est l’ADIR (association de défense des intérêts de la Robertsau) qui a découvert l’annonce des travaux début octobre 2017.

Le collectif s’est empressé de déposer un recours gracieux (demande de réexamen du dossier par le porteur de projet), contre la fermeture des berges. En complément, il a également organisé, avec l’appui d’associations cyclistes, piétonnes et de citoyens, une première manifestation le 12 octobre pour défendre l’accès pérenne des cyclistes et des piétons à cet itinéraire. Ceci d’autant plus, que l’alternative par l’avenue de l’Europe et le boulevard Paul Déroulède, n’est pas bien aménagée et sécurisée. 

Rapidement après cette première manifestation, la ville de Strasbourg a publié un communiqué expliquant qu’elle était « sensibilisée au projet de fermeture aux cyclistes et aux piétons des berges de l’Ill au niveau des institutions européennes » que « L’Etat, le Parlement et la collectivité doivent très rapidement rediscuter des modalités de cette fermeture » et qu’elle « souhaitait que ces berges demeurent naturellement ouvertes et accessibles, et que d'éventuelles fermetures pour raisons de sécurité soient parfaitement exceptionnelles et motivées ». Une seconde manifestation a eu lieu le 26 février 2018. Pour faire pression sur les autorités qui restent sourdes aux demandes des associations, une troisième manifestation sur l’itinéraire a été organisée lundi dernier.


Elle a rassemblé près de 300 participants dont quelques élus strasbourgeois engagés pour le vélo et la députée européenne Karima Delli (EELV), présidente de la commission des transports et du tourisme du Parlement européen. 



En parallèle une pétition en ligne a également été lancée. Elle a encore besoin de signatures afin de pouvoir être présentée directement au Conseil Municipal selon le nouveau pacte de démocratie lancé l’année dernière par la Ville. L’ADIR insiste également sur le fait que selon elle, ce projet ne respecte pas l’article L 2131-2 du Code général de la propriété des personnes publiques. Celui-ci stipule notamment que les propriétaires d’un cours d’eau domanial, c’est-à-dire qui navigable et qui appartient à l’Etat, comme c’est le cas de l’Ill à Strasbourg, ne peuvent  clore les berges qu'à une distance de 3,25m des rives, dite servitude de marchepied. Cette dernière étant à l'usage du gestionnaire de ce cours d'eau des pêcheurs ou des piétons.

Les contraintes de sécurisation des sites sensibles sont compréhensibles dans le contexte de menaces terroristes actuel, mais elles ne doivent pas se faire au détriment des citoyens et respecter les principes de perméabilité et de proximité des institutions européennes et le site où elles ont été bâties… Il y a quelques années, les cyclistes amstellodamois se sont battus pour conserver le droit de circuler sur une piste cyclable qui passait dans le Rijksmuseum (sans doute l’une des plus belle piste cyclable au monde…). Après la ZAD du Moulin à Kolbsheim contre le projet d’autoroute de contournement de l’agglomération strasbourgeoise, une nouvelle ZAD contre le projet de fermeture à la circulation des piétons et des cyclistes des berges de l’Ill dans le secteur des institutions européennes est-il en train de naître dans la capitale du vélo et de l’Europe ?