15 nov. 2017

Premier rôle pour le Bullitt au cinéma !

Depuis la rentrée, de nombreux articles dans la presse ont été consacré aux vélos cargo. Plusieurs chaînes nationales ont même réaliser des reportages sur leur développement. Force est de constater qu'en France, deux ans après la sortie du livre « Cargologie, le vélo cargo comme alternative à la voiture en ville », les vélos cargo passent progressivement de l'ombre à la lumière. Ces modes de transports que personne ne connaissait il y a 10 ans sont en train de voler la vedette aux voitures « propres et/ou autonomes» vainement attendues depuis plusieurs décennies pour solutionner les problèmes de congestion et de pollution des villes. Si bien que depuis peu, le modèle de biporteur le plus populaire, le Bullitt, est désormais le personnage principal d'un film.

Ce moyen métrage intitulé « The Bullit Burden » a été réalisé par Chase Carlsen Bauer, coursier à Chicago. Il est progressivement tombé éperdument amoureux de son outil de travail, le Bullitt, et de sa communauté. Souvent lorsqu'il arrivait chez des clients, il voyait leurs yeux s'illuminer devant la simplicité et la capacité de transport de son vélo. Cette reconnaissance ne lui suffisait plus et Chase, également photographe et vidéaste, a décidé en 2015 d'aller plus loin et de dédier un film au Bullitt. A travers « The Bullitt Burden », il démontre que ce biporteur est plus qu'un simple vélo cargo et qu'il est devenu un véritable culte pour de nombreuses personnes et pas uniquement des coursiers.


Pour cela, Chase a interviewé de nombreuses personnes qui utilisent quotidiennement un Bullitt et qui aiment profondément et la liberté qu’il leur procure. Le film tourné entre Chicago, la Californie, la côte Ouest du Danemark, Copenhague, Aarhus et Paris, s'organise autour de différentes histoires. Vous pourrez ainsi découvrir une famille danoise dont les parents et les deux adolescents possèdent chacun un Bullitt. Ils se définissent comme des « cargo bikes crazy » au point de préparer des gâteaux à son effigie.. 

Hans, l'un des deux fondateur de Larry vs Harry, l'entreprise danoise qui produit et exporte le Bullitt dans le monde entier intervient à plusieurs reprises. Entre une séance de jardinage, une victoire aux championnats d'Europe 2016 des coursiers à vélo et une interview plus personnelle, il dévoile sa vision sur la vie, le vélo, la société, les affaires et évoque pourquoi la localisation de son magasin est si symbolique pour lui. « Je pourrais l'écouter parler pendant des heures... », affirme le réalisateur, âgé de 28 ans. 

Un français, Brice Bedos, coursier durant une quinzaine d'années à Londres et qui a créé il y a 6 ans son entreprise de coursiers en Bullitt, Velopak, à Aarhus, seconde ville la plus peuplée du Danemark, est également présent dans le film. Fumant une cigarette et buvant un café, il livre une vision rude de son métier, qualifié par de nombreuses personnes, même au Danemark, royaume du vélo, de « not real job ». 

Enfin, Chase a choisi de dévoiler l'histoire à l'origine de la commercialisation d'une série spéciale de 30 Bullitts en 2016 pour le championnat du monde des coursiers à vélo à Paris. Vous apprendrez ainsi pourquoi le surnom de “Beezy” est inscrit sur le cadre de cette livrée spécifique et la raison pour laquelle deux exemplaires ont été commandé par une famille d’une petite ville de Californie.



« The Bullit Burden » qui s'ouvre sur un magnifique plan présentant les deux extrêmes de la mobilité, est disponible en vidéo à la demande. Chase souhaiterait organiser des projections en France*. Ce film en anglais et non sous-titré est le premier à ma connaissance sur les vélos cargo. Il expose magnifiquement l'impact positif et profond que le Bullitt et plus généralement le vélo peut avoir sur la vie et la société même parfois, dans la tristesse et la douleur...


* Si vous souhaitez organiser une projection de "The Bullitt Burden", vous pouvez joindre la productrice de Chase alexandria[at]weatherfield.us

3 commentaires:

  1. Signalons que le Bullitt tient déjà un beau second rôle dans le film De toutes nos forces, de Nils Tavernier avec Jacques Gamblin, sorti en mars 2014 :
    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=209297.html
    Jacques Gamblin qui aime le vélo, comme en témoigne son très beau discours au Parlement sensible des écrivains
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=7rCy8lje4YU

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tout à fait, j'entendais par premier rôle, un rôle majeur et non une première apparition au cinéma.

      Supprimer
    2. Je l'avais bien compris ainsi, c'est pour ça que j'ai parlé de second rôle ;-)
      En tout cas c'est une chouette initiative, et c'est vrai que ce vélo est très très attachant, le mien surtout ! :-D

      Supprimer