16 mai 2017

Strasbourg continue à innover pour le vélo en inaugurant la première vélorue de France !



Cédez le passage cyclistes aux carrefours, sas cyclables sans couloir d’approches, amendes adaptées, signalisation lumineuse mixte piétons/cyclistes, espaces mixtes, décompteurpiéton, la ville de Strasbourg est, depuis longtemps, un véritable laboratoire pour l’évolution de la réglementation pour les cyclistes et les piétons. Ces expérimentations permettent de tester sur l’espace public ses mesures et de juger de leur efficacité. Certaines aux effets largement positifs ont ensuite étaient retranscrites dans le code de la route afin de pouvoir être déployées à l’échelle nationale. Elles sont réalisées dans le cadre d’un partenariat avec la DSR (Délégation à la Sécurité Routière) et le CEREMA (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement). Ces deux services de l’Etat, assurent avec ceux de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, un suivi et une analyse spécifique de ses projets. 

C’est dans ce contexte que vendredi dernier, la capitale française du vélo, a inauguré une nouvelle expérimentation, la vélorue.  Ce nouvel aménagement, en vigueur depuis de nombreuses années en Allemagne (Fahrardstrasse), en Hollande et en Belgique (Fietsstraat) est une mesure du PAMA (Plan d’action pour les mobilités actives) publié début 2014 et qui parmi 6 différents axes proposait de « partager l’espace public et de sécuriser les modes actifs ».  La vélorue permet aux cyclistes de circuler au milieu d’une voie de circulation automobile et donne la priorité à ses derniers sur les automobilistes qui n’ont pas le droit de les doubler. 


 

Pour cela, il a fallu modifier par décret l’article R 412-9 du code de la route qui stipulait qu’« en marche normale, tout conducteur doit maintenir son véhicule près du bord droit de la chaussée, autant que le lui permet l'état ou le profil de celle-ci ». Un nouvel alinéa a été ajouté à cet article. Il précise qu’«un conducteur de cycle peut s'éloigner du bord droit de la chaussée lorsqu'une trajectoire matérialisée pour les cycles, signalisée en application des dispositions de l'article R. 411-25, le permet ». Ainsi les vélorues arborent une signalisation au sol spécifique composée du pictogramme vélo placé au centre de la voie de circulation, surplombé de chevrons qui indiquent le sens de circulation.


Strasbourg a choisi de mettre en service sa première vélorue sur les 300 mètres de la rue de la Division Leclerc jusqu’au pont St Nicolas. L’expérimentation a pour objectif d’inciter les cyclistes sortant du centre-ville et descendant cet axe à emprunter la chaussée et donc à éviter l’un des fameux espaces mixtes pour lesquels la ville a été condamnée en janvier 2013. Le but est ainsi d’apaiser les relations entre les piétons et les cyclistes. Dans l’autre sens de circulation, la situation reste inchangée pour les cyclistes.   

Afin de tester le dispositif dans d’autres configurations, fin Juin, deux autres vélorues seront aménagées. La seconde sera matérialisée sur le quai Brulig, zone 30 de l’itinéraire Vélostras qui part du centre-ville vers l’ouest, et rejoint le canal de la Bruche. La circulation automobile étant à double sens, les deux voies seront séparées par une ligne blanche et les chevrons et logos seront matérialisés au centre de chacune d’entre elle. Elle aura pour but de renforcer la présence des cyclistes sur ce tronçon, le reste de l’itinéraire étant intégralement aménagé en piste cyclable ou voie verte.  La troisième vélorue se localisera sur la Rue du Faubourg de Saverne dans le sens de circulation vers le centre-ville. Elle aura pour objectif d’inciter les cyclistes à rester sur la chaussée afin de diminuer les conflits avec les piétons. La piste cyclable tracée sur le trottoir étant souvent fréquentée par les piétons du fait de leurs flux importants.

Le lancement de cette première en France a été accompagné d’une campagne de communication avec de nombreux panneaux présentant le principe de la vélorue, implantés tout au long de son cheminement. En complément, deux vélos cargo proposaient sur le site, un clip qui expliquait le fonctionnement de la vélorue. D’autres modèles, biporteurs ou triporteurs étaient disponibles pour tester ce nouvel aménagement. 




Cette expérimentation fera l’objet d’une prochaine analyse par les services de l’Etat et de l’Eurométropole afin de pouvoir juger de son intérêt avant d’être développée, si les résultats sont positifs, sur d’autres sites strasbourgeois et français. Après les véloroutes, les vélorues parviendront-elles à s'imposer en France ?

5 commentaires:

  1. Petite précision : les amendes adaptées, c'est fini.

    Quant à la vélorue, c'est pas que les automobilistes n'ont pas le droit de dépasser ici, c'est qu'ils ne le peuvent tout simplement pas, même si le vélo restait à droite, du moins pas sans le "pousser". Ici on a juste supprimer la piste cyclable et remis les vélos sur la route...

    Quant au sens inverse, il est prévu, après l'expérimentation, de détourner la circulation cycliste vers d'autres rues. Et selon les quelques uns que je connais qui prennent cet itinéraire régulièrement ça sera un moins pour les cyclistes.

    Mais je suppose qu'il est encore trop tôt pour juger, attendons de voir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. désolé pour les fautes... j'aurais du me relire

      LEs voitures ne peuvent pas dépasser car la rue est simplement trop étroite pour le faire.

      Supprimer
    2. Oui je suis au courant pour les amendes adaptées qui ne sont pus appliquées depuis le 1er Mai. A ma connaissance rien n'est encore prévu après l'expérimentation. Mais il y une chose très simple à faire pour éviter aux cyclistes de remonter la rue sur le trottoir le long des arcades; supprimer la bande stationnement sur la gauche de la rue et la remplacer par une piste cyclable unidirectionnelle dans le sens de la montée depuis le pont St Nicolas jusqu'à la Grand'rue. Ca ne serait pas trop cher et serait très confortable pour les cyclistes et les piétons puisque leur flux ne seraient plus mélangés. Mais il faut supprimer du stationnement automobile...

      Supprimer
  2. J'utilise cette rue et dans ce sens là quotidiennement et je roulai toujours sur la route car la piste cyclable était toujours encombrée de voitures/camionnettes garées sur la piste et de piétons.
    C'est quand même le comble de se sentir plus en sécurité dans le flux des voitures que sur une piste cyclable !
    À voir dans le temps mais pour moi c'est une bonne nouvelle (Et en plus je passe aussi par le Faubourg de Saverne !) ! 😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Damien pour votre commentaire. On attend votre retour d'usager de la vélorue du Faubourg de Saverne avec impatience !

      Supprimer