27 avr. 2017

Stride, le plus grand bike park indoor d'Europe.

Inauguré en septembre 2016 dans un hall de l’ancienne gare de marchandises de Strasbourg-Cronenbourg datant de 1914 et désaffecté depuis 6 ans, Stride (contraction de Strasbourg et Ride) se revendique comme le plus grand bike parc indoor d’Europe. C’est fin 2013 que quatre amis qui se sont connus sur les bancs de l’Université de Strasbourg durant leurs études de STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) décident de se lancer dans ce projet et de combler l’absence d’équipements proposant de faire du VTT ou du BMX en intérieur à Strasbourg. 
 

Ils s’envolent alors pour les Etats-Unis et le Canada, pays où ces d’équipements sont très courants, afin d’affiner techniquement et économiquement leur projet tout en n’oubliant pas de l’adapter au contexte local. Les 12 000 m2 du site permettent de proposer des pratiques différentes et adaptées à tous les publics, des enfants débutants jusqu’aux riders confirmés. Stride propose ainsi 6 zones classées comme des pistes de ski de verte à noire en passant par bleue et rouge selon leurs difficultés. Le port du casque est obligatoire et une décharge de responsabilité est à signer lors de la première venue. 

Accessible dès trois ans, le Mini Stride est une zone dédiée aux enfants avec un parcours composé de petites bosses, de quelques virages relevés à faible inclinaison et de plusieurs autres modules ludiques ayant pour objectifs d’apprendre à bien maitriser son vélo ou sa draisienne. Cette zone propose également une tyrolienne, une cabane, un toboggan et un petit mur d’escalade qui raviront les plus jeunes.

 
Pour les plus grands, il est possible de s’amuser sur les différents parcours de la zone d’initiation verte qui demandent adresse et équilibre pour appréhender les bosses, virages et les différents revêtements. Une autre zone de maniabilité située au fond du bike park propose de nombreux autres  modules (bascules, passerelles, passages en pierre, sauts…) de difficulté bleue ou rouge pour parfaire la maitrise de son vélo.



Située au cœur du bike park, la zone de  «Pumptrack » est présentée comme l’une des plus longues d’Europe. Elle propose trois parcours (deux bleus et un rouge) constitués uniquement de bosses simples ou doubles plus ou moins hautes et de virages relevés. Vous pourrez ainsi vous initier ou vous perfectionner à cette pratique spécifique qui consiste à prendre de la vitesse sans pédaler grâce au relief de la piste, en « pompant » comme disent les initiés. Cette technique facile à apprendre, est à la portée des enfants dès 5/6 ans, qui peuvent ainsi s’amuser sur les 500 mètres de « pumptrack » que propose le site.



Deux zones s’adressent plus spécifiquement aux riders expérimentés. Le Park est destiné aux amateurs de « street ». Il dispose de nombreux modules pour enchainer les figures acrobatiques en l’air ou au sol. Le bac à mousse, équipement rare en Europe, permet, quant à lui, aux « freestylers » de s’entrainer à « rentrer » de nouvelles figures sans risquer de se casser quelque chose en se réceptionnant dans une zone équipée de cubes de mousse.
 

En complément, un parcours de Cross country de près de 1,4km, de difficulté bleu, construit en bois non traité, se développe autour des différentes zones. Il a été conçu pour représenter les principales difficultés rencontrées dans ce genre de course qui figure au programme des Jeux Olympiques depuis 1996.  


Le Bike Park qui représente un investissement de 1,3 millions d’euros et qui vise une fréquentation de 30 000 entrées par an, s’accompagne de différents services à commencer d’abord par la location de VTT, de BMX* ou de casque ainsi qu’un bar où il est possible de boire une bière après l’effort. Des vélos et accessoires sont également proposés à la vente. Des casiers, des douches et un système réservé aux abonnés de garde de vélo sur le site sont également proposés.  

 



La volonté des concepteurs est de proposer la pratique facilitée et sécurisée du VTT ou du BMX et d’amener les familles dans un nouveau lieu de loisir autour du vélo à Strasbourg. De nombreux jeunes riders locaux ou allemands viennent entre amis le week end, d’autres plus âgés, qui travaillent, profitent de la pause de midi pour venir s’y défouler. Stride est un équipement unique en France, situé à 10 minutes de vélo du centre-ville (5 minutes de la gare) et facilement accessible par le réseau cyclable. Il représente un très bon complément à la pratique du vélo utilitaire et permet de s’amuser en famille ou entre amis dans un environnement adapté et sécurisé. A tester !


*Stride accepte tous les types de vélo (sauf ceux avec roulettes) mais déconseille d’utiliser des vélos non adaptés.

20 avr. 2017

Testez gratuitement les deux nouveaux Véloparcs de Strasbourg avant leur tarification !

Depuis début Avril, le parking Ste Aurélie, situé à proximité de la gare et qui disposait déjà de 430 places de stationnement vélo en propose 370 nouvelles. En parallèle, la gestion de la totalité des places vélos de ce parking a été transférée à Strasbourg Mobilités, société d'économie mixte qui gère Vélhop. Conformément à la délégation de service public attribuée en 2011 par la CUS à cette filiale de la CTS, et à l'instar du Véloparc des Tanneurs inauguré début 2016, le stationnement vélo de l'intégralité de ce qui s’appelle désormais le Véloparc Ste Aurélie va devenir payant.

Cependant, pour éviter le flop qu'a connu le premier Véloparc où seuls quelques abonnements avaient été contractés*, Strasbourg Mobilités et l'Eurométropole de Strasbourg ont décidé de proposer la gratuité de ces deux équipements durant une année. Cette offre promotionnelle a pour objectif d'offrir la possibilité aux cyclistes de tester ces deux nouveaux parkings, les services qu'ils proposent et de les convaincre de continuer à les utiliser en s’abonnant au-delà de la première année de gratuité.

L'extension du Véloparc Ste Aurélie a été réalisée dans les locaux d'un ancien magasin de location de vidéos à l'abandon depuis de nombreuses années. Comme le Véloparc des Tanneurs, il a fait l'objet de travaux pour devenir accueillant, visible et sécurisé. Il est accessible 24h/24 et 7 jours/7 et dispose ainsi d'un contrôle d'accès par badge, d'une vidéo protection, de stationnement sur deux niveaux, de places spéciales équipées de prises pour les vélos à assistance électrique et d'une station de gonflage. Contrairement à son homologue du centre-ville, il ne propose pas (encore ?) de places dédiées aux vélos cargo…



A droite, les places dédiées aux vélos à assistance électrique qui disposent de prises integrées pour permettre la recharge des batteries.
Les badges d'accès sont disponibles gratuitement sur présentation d'un justificatif de domicile dans l'une des 33 communes de l'Eurométropole dans les boutiques Vélhop. Une étiquette à coller sur le vélo est fournie afin de permettre un contrôle et de s'assurer que les vélos stationnés ne sont pas des vélos épaves. Les cyclistes n’habitant pas l’Eurométropole peuvent bénéficier de l’accès à ces places moyennant un abonnement annuel de 40 €**. Ce tarif sera celui qui s’appliquera à l’ensemble des usagers après la première année de gratuité, soit à partir d’Avril 2018.

L'autocollant à aposer sur le vélo qui indique le n° d'abonné et la limite de validité de l'abonnement
Source : www.veloparc.strasbourg.eu

Cette nouvelle offre répond à la forte demande de stationnement à proximité de la gare qui comptait déjà plus de 2300 places de stationnement vélo dont 850 payantes. Si les équipements de ce nouveau parking sont de grande qualité, il est dommage qu'il ne propose pas un accès direct aux quais de la gare. De plus, son accès à partir de la voirie n’a pas été aménagé. Les cyclistes doivent, pour entrer dans ce nouvel équipement, circuler sur le trottoir en contournant des places de stationnement livraison qui n’ont plus lieu d’être.



Malgré ces points négatifs, ce nouveau parking semble connaitre un accueil plus chaud que celui des Tanneurs. Quelques dizaines de vélo y étaient déjà stationnés quelques jours après sa mise en service. Le seront-ils encore dans un an quand il faudra passer à la caisse ?



*Rappelons que ce Véloparc a été fermé quelques mois après son ouverture à cause d’infiltrations d’eau. Il a été remis en service, après travaux, le 3 avril 2017, en même temps que le nouveau Véloparc de Ste Aurélie.


** 34 € pour les abonnés CTS, TER ou Vélhop

4 avr. 2017

Lausanne installe des premières pompes à vélo sur l'espace public...

Avec l’installation de pompes à velo en libre-service, les lausannois ont depuis quelques semaines une excuse de moins pour ne pas se déplacer à vélo. En effet, Florence Germond (Parti Socialiste), municipale en charge de la mobilité dans la capitale vaudoise a répondu favorablement à la demande de son collègue Louis Dana, conseiller municipal socialiste. Ce dernier a, le 19 septembre 2016, transmis une question écrite à la Municipalité à ce sujet :

« Dans le courant de l’année 2011, la Ville de Zurich a procédé à l’installation de 34 pompes à vélo publiques. Selon les dires du directeur de la communication du Service des constructions de la Ville, ces installations rencontrent un franc succès et sont très appréciées par la population. Le coût d’une unité est de CHF 1’800, pose comprise. C’est l’entreprise Stiftung Albisbrunn Metalbau à Hausen am Albis qui a été mandatée pour mener à bien ces travaux. Les réparations dues à l’usure ou à d’éventuelles déprédations n’entraineraient que des frais relativement modérés.
Outre le fait d’être un élément du mobilier urbain utile, l’installation de ces pompes à vélo donnerait à Lausanne l’image d’une ville qui défend encore un peu plus le vélo et qui est arrangeante avec les cyclistes. Par ailleurs, des pneus bien gonflés augmentent la sécurité des usagers de deux-roues.

Dès lors :
• La pose d’un dispositif de la sorte est-elle envisageable à Lausanne ?
• Quels pourraient être les emplacements sur lesquels ces pompes seraient installées ?
• Quel est le délai pour qu’une telle installation voie le jour.

Je remercie par avance la Municipalité pour ses réponses. »


La réponse de la municipalité a été donnée lors de la séance de Municipalité du 20 Octobre :

« La mise à disposition de pompes à vélo sur le domaine public est une mesure simple et efficace en vue de soutenir la promotion du vélo désirée par la municipalité. La visibilité de ces dispositifs à des endroits stratégiques de la ville permet de rappeler aux autres usagers l’existence de ce moyen de mobilité douce. Ceci étant, la Municipalité répond comme suit aux questions de M. Louis Dana :

La pose d’un tel dispositif est-elle envisageable à Lausanne ?

Oui. Non seulement elle est envisageable, mais la Municipalité répond positivement à la suggestion de m. le Conseiller communal et procédera à la pose de quelques pompes à velo sur le domaine public.

Quels pourraient être les emplacements sur lesquels ces pompes seraient installées ?

La Municipalité propose d’installer dans un premier temps environ cinq pompes à vélo aux principaux pôle d’attraction cyclistes de la ville. Les endroits suivants pourraient être retenus, sous réserve de facteurs extérieurs à étudier lors de la réalisation : place de la Riponne, carrefour Chauderon-nord, place de la gare, rue du Simplon (gare sud) et Ouchy. Les lieux d’implantation seront choisis en fonction du trafic cycliste important qui y transite, sur la base des comptages de Lausanne Région. Les itinéraires structurant du PALM (Projet d’agglomération Lausanne Morges) seront également pris en considération. Si la mesure rencontre un vif succès, d’autres lieux pourront être équipées ultérieurement.

Quel est le délai pour qu’une telle installation voie le jour ?

L’installation de ces pompes à vélo pourrait être effectuée dans le courant de l’année 2017. Une recherche est actuellement en cours, pour déterminer le modèle de pompes le mieux adapté ».

Les pompes sont apparues mi-mars aux endroits proposés par la Municipalité. Malgré un design simple et épuré, leurs couleurs rouges ne les a pas fait passées inaperçues. Elles n’ont pas nécessité de gros travaux de génie civil. En effet, elles ne nécessitent pas de raccordement aux réseaux souterrains. Elles sont équipées d’un manomètre pour s’assurer de la bonne pression des pneumatiques et d’un embout d’un longueur d’une soixantaine de centimètres qui permet de gonfler les trois types de valves les plus répandues (Schrader, Dunlop et Presta).



Leur utilisation est très simple. Après avoir installé l’embout sur la valve du pneumatique à gonfler, le cycliste appui avec son pied sur le levier de la pompe à l’instar d’une pompe manuelle et repart quelques instants plus tard avec des pneus gonflés à la pression recommandé. Maintenant que les lausannois n’ont plus grâce au développement et aux performances du vélo à assistance électrique, l’excuse du dénivelé, ni grâce à ces pompes publiques, celle des pneus dégonflés, il ne reste plus qu’à leur donner des aménagements cyclables qualitatifs pour développer plus massivement l’usage du vélo dans l’agglomération la moins cyclable de Suisse