27 oct. 2016

Carvelo Camp, la journée qui vous dit tout sur le développement des vélos cargo !

Les conférences sur les vélos cargo ne sont pas nombreuses. Partant de ce constat, l’Académie de la Mobilité organise depuis 2014, le Carvelo Camp,  journée de présentations et d’échanges autour des vélos cargo et de leur développement. Cette rencontre qui s'adresse aux particuliers, aux professionnels du secteur, aux administrations ainsi qu'aux élus était animée par différents acteurs de la scène du vélo cargo en Suisse et en Allemagne ainsi qu'une cinquantaine de participants mais aucun de Suisse Romande! Le röstigraben a donc encore de beaux jours devant lui, surtout en ce qui concerne la pratique du vélo.

Le programme de l’édition 2016 qui se tenait mardi dernier à Berne, proposait des interventions variées et de qualité. Certaines portaient sur le développement des vélos cargo dans la logistique urbaine (Notime à Zurich, Imagine cargo en Allemagne, Suisse et Autriche). Ces deux présentations rappellaient tous les avantages de la livraison à vélo et de sa combinaison avec le train, pour les longues distances. Elles démontraient également que l’enjeu de la livraison à vélo n’est plus de prouver sa possibilité, mais de d’offrir ce service dans les plus courts délais. 



D’autres interventions présentaient les différents impacts positifs des vélos cargo dans le domaine du développement durable et l’évolution de l’automobile et son impact sur les déplacements quotidien et nos modes de vie. Cette édition du Carvelo Camp proposait également un tour d’horizons de plusieurs systèmes de location vélos cargo et de leurs spécificités (Mir sattlä um!, TINK, et bien sûr Carvelo2go).

Présentation du projet Mir sattlä um! à Berne. Photo extraite du site internet de ville de Berne.
Présentation du Projet TINK à Nordstedte. Photo extraite du site internet de TINK.
Présentation du projet TINK à Nordstete. Photo extraite du site internet de TINK.
Présentation du projet Carvelo2go: Photo extraite du site internet de Carvelo2go.
Les évolutions techniques et technologiques étaient également à l’ordre du jour avec la présentation des derniers produits commercialisés par l’équipementier Bosch eBike Systems, l’ordinateur de bord «Purion» et un chargeur compact ne pesant que 600 grammes. La nouveauté la plus intéressante est certainement le système « Dual battery » qui permet, comme son nom l’indique, grâce à deux batteries, de doubler l’autonomie de l’assistance et de la porter à un maximum de 180 km. Cette évolution semble parfaitement adaptée au transport de charges lourdes sur de longues distances. 

Deux constructeurs venaient également faire la promotion de nouveaux modèles. Urban Arrow présentait toute la modularité de sa gamme de biporteur et notamment son nouveau gros porteur XXL équipé d’une plateforme de chargement de 135 cm de longueur. Riese & Muller introduisait son dernier né le Packster. Ce modèle au design épuré propose deux longueurs de plateforme (60 ou 80 cm) ainsi que des accessoires permettant de l’utiliser pour transporter des enfants ou du fret.

La conférence proposait en complément deux escapades géographiques. La première transportait le public à de Rio de Janeiro. Présentée par un membre de Transporte Ativo, ce voyage présentait les résultats d'études sur les pratiques des vélos cargo réalisées en 2011 et 2015. Ces derniers dont de nombreux triporteurs «faits maison» sont massivement utilisés dans le secteur de Copacabana pour transporter toutes sortes de choses allant de bonbonnes d’eau à des matelas. Cette pratique s’explique par l'activité commercialeimportante de ce secteur, les capacités de chargement importantes que proposent les triporteurs ainsi que leur coût de revient nettement inférieur aux véhicules motorisés dans un pays où une grande partie de la population ne peut pas se payer une voiture.



 
Photos : Transporte Ativo et Michaël Colville-Anderssen, copenhagenize.com
La seconde invitation au voyage, moins exotique mais tout aussi interessante a été réalisée par l’auteur de ces lignes. Il a promené le public dans les rues de Strasbourg et de différentes villes européennes à la rencontre des acteurs du livre Cargologie. Une grande partie de l'oratoire a été déçu  en bien (ce qui en suisse, veut dire, être agréablement surpris !) de découvrir le développement et la diversité des vélos cargo à Strasbourg.



Le Carvelo Camp s'est conclu par une verrée offerte par Bosch eBike System, autour duquel les participants ont pu continuer à discuter et à échanger sur les présentatiosn effectuées lors de cette journée. Avec les projets qu’elle porte pour développer l’usage des vélos cargo en Suisse et l’organisation annuelle du Carvélo Camp* qui commence à s’internationaliser, l’Académie de la Mobilité s’impose comme une des plateformes de développement du vélo cargo les plus actives d’Europe. Un exemple à suivre !


* Vous pouvez consulter l’ensemble des présentations de l'édition 2016 et 2015 ici

19 oct. 2016

"Les Pédaleurs", le documentaire qui déclare son amour au vélo !

Moyen métrage de 52 minutes, réalisé par Mathieu Leclerc et Jérémie Gentais, « Les Pédaleurs » dresse le portrait de quatre cyclistes Strasbourgeois. Ce documentaire est né d’une envie de longue date des deux co-réalisateurs, cyclistes strasbourgeois depuis de nombreuses années, de parler du vélo à Strasbourg et du rapport particulier que les habitants de la capitale alsacienne entretiennent avec ce mode de déplacement.

Les deux protagonistes se sont rencontrés en 2013, lors d’une collaboration sur un projet pour ARTE. Ils se découvrent une passion commune pour le vélo et se lancent dans la réflexion sur un documentaire sur cette thématique, dont « Les Pédaleurs » est l'aboutissement.

Bien qu'ayant des pratiques du vélo différentes (sportive pour Mathieu et utilitaire pour Jérémie). Ils sont tous les deux très liés au vélo et au plaisir qu’il procure. Au-delà de la passion, la pratique du vélo fait partie de leur ADN. Comme beaucoup de strasbourgeois de leur génération, se déplacer à vélo est une évidence, une sorte de réflexe.

Le duo souhaitait témoigner de cet attachement dans ce film. Dans un premier temps, ils s’intéressent à quatre pédaleurs strasbourgeois, racontent leur histoire et décrivent leurs différents usages du vélo. Dans un second temps, ils relatent comment Strasbourg est devenue la 1ère ville cyclable de France grâce à la rencontre de deux spécialistes du vélo à Strasbourg, Jean-Luc Marchal, responsable de la politique vélo à la Communauté Urbaine de Strasbourg de 1993 à 2001 et Grégory Delattre, auteur du blog I Bike Strasbourg qui met en avant la culture vélo à Strasbourg. Vous pouvez visionner la bande annonce ci dessous.



Début 2015, le projet a été proposé à SLEAK* et ALPAGA** Films qui ont tout de suite été séduits par celui-ci. Vu la problématique locale du documentaire, il semblait naturel et évident au binôme de réalisateurs d’en parler à Mathieu Mapps, responsable des programmes d’Alsace 20. Cette chaîne de télévision locale, qui avait déjà coproduit différents projets portés par ALPAGA Films, lui a fait à nouveau confiance sur ce nouveau projet.

Pour réaliser ce documentaire, Mathieu et Jérémie ont listé des portraits de Pédaleurs représentatifs de la diversité des pratiques strasbourgeoises. Ils ont rencontré différents cyclistes par le biais du bouche à oreille, de recherches sur internet, d’annonces envoyées à des associations et de messages postés sur des forums spécialisés. Ces rencontres leur ont permis de nourrir leur réflexion et de préciser le scénario qu'ils souhaitaient raconter.

Une fois la trame du documentaire bien définie et les personnages choisis, les réalisateurs ont eu de nombreux échanges avec leurs producteurs pour améliorer le contenu du projet et faire en sorte qu’il soit optimal pour obtenir des subventions auprès des collectivités locales.

Le projet a été présenté au fond de soutien à la production audiovisuelle de la Ville de Strasbourg ainsi qu'à celui de la Région Alsace. Il a obtenu un financement de la première. Cependant, le budget pour réaliser le film n’étant pas à la hauteur des espérances, les réalisateurs ont hésité à se lancer dans l'aventure. C'était sans compter sur la belle énergie des membres de SLEAK et d’ALPAGA Films et de tous les techniciens qui ont travaillé sur le projet. Ces dernier les ont rapidement fait changer d’avis et les ont poussé à réaliser ce qui est devenu le premier documentaire sur le vélo à Strasbourg !

L'affiche du documentaire.

Le tournage s’est déroulé sur une quinzaine de jours, de mai à juillet 2016. Il était relativement long car l'équipe a du répartir ses journées de tournage en fonction des disponibilités des pédaleurs et de leurs actualités en rapport avec le vélo.

Le documentaire qui a été présenté en avant première lundi dernier à 18h à Strasbourg au cinéma VOX devant une salle comble, soit 360 spectateurs, sera diffusé en ligne du 22 au 28 octobre sur Alsace 20***. Il sera ensuite présenté à différents festivals nationaux ou internationaux. En complément, un site internet dédié, accompagnera, dès début novembre, le documentaire et permettra de poursuivre l’histoire des pédaleurs présentés et d'en découvrir de nouveaux...



* Présent sur le web et la télévision, SLEAK se positionne comme un créateur de contenus audiovisuels créatifs. L'entreprise intervient sur le marché de la communication et de la production audiovisuelle. Elle collabore avec des agences de communication, des annonceurs, des collectivités et des entreprises afin de développer des publicités, des films institutionnels. En complément, elle développe également des clips et des projets de documentaires et de fictions. www.sleak.tv


** Alpaga films est une société de production de films documentaires et de fiction basée à Strasbourg depuis 2010, www.alpaga-films.fr


*** Diffusion le Samedi 22 Octobre à 11h00, 16h00 et 20h00, le Dimanche 23 Octobre à 12h00 et 22h00, le Lundi 24 Octobre à 9h00, le Mercredi 26 octobre à 18h00

13 oct. 2016

La mutation du paysage formidablement illustrée par Jörg Müller.

Certaines images valent mieux que de grands discours! L’artiste Jörg Müller* a fait ce choix pour représenter l'impact du développement urbain sur le paysage. Il a publié en 1973 et 1976 deux livres intitulés "La ronde annuelle des marteaux-piqueurs ou la mutation d'un paysage" et "La pelle mécanique ou la mutation d'une ville". Jörg Müller dont le style s'inspire du courant du photo-réalisme, utilise uniquement son talent de dessinateur pour questionner l'évolution de nos sociétés contemporaines, sans être moraliste ou fabulateur. Ses illustrations présentent avec conscience et réalisme comment l'aménagement du territoire et l'urbanisme ont profondément et irrémédiablement modifié le paysage.

Le principe de ces deux ouvrages atypiques et rares est simple et intéressant. En 8 dessins (7 pour “La ronde annuelle des marteaux-piqueurs ou la mutation du paysage”), l’auteur nous expose, à partir d'un lieu et d'un cadrage qui restent identiques, les transformations d'une ville et d'une campagne de la fin des années 1950 au début des années 1970. Au dos de chaque planche est inscrite la date « virtuelle » du dessin. Elles s’ouvrent ensuite en trois volets de 85*31cm qui laissent apparaître un paysage en constante évolution, dont vous pourrez apprécier les changements.

Ces deux ouvrages, véritables études urbanistiques, ont été dessinés à partir de 800 diapositives réalisées à différentes époques dans des villes et campagnes de Suisse et d'Allemagne. Chaque planche introduit progressivement son lot de grands changements. L'habitat ancien est démoli ou déplacé pour faire place à des immeubles de bureaux ou de logements à l'architecture insipide. Les petites entreprises ou commerces disparaissent et laissent la place à des grandes enseignes des centres commerciaux ou des zones industrielles. Le réseau routier devient omniprésent et les voitures chassent les autres modes de transports. La dégradation de la nature s'accélère jusqu'à disparaître totalement. Cette atteinte à l’environnement est particulièrement visible dans "La Ronde annuelle des marteaux-piqueurs ou la mutation d'un paysage". Les cours d’eau y sont d’abord canalisés puis remblayés, les forêts exploitées, les champs sont dévorés par l’urbanisation galopante et finalement le petit étang au centre de l’image, dont l’état s’est dégradé, est comblé pour laisser la place à une autoroute…

"La ronde annuelle des marteaux-piqueurs ou la mutation d'un paysage"
La série portant sur les modifications de la ville est également magnifiquement révélatrice de l'évolution des transports et du déclin du vélo dans les années 60 et 70. En 1953, l'automobile est encore peu utilisée et de nombreux cyclistes se déplacent dans ce paysage urbain. Ils partagent la rue avec les quelques véhicules en circulation dont le tramway. Un vélociste, au petit local à pignon sur rue, est lové au sein d'une ancienne maison. Trois ans plus tard en 1956, les cyclistes sont toujours présents mais cet atelier a laissé la place à une enseigne plus moderne qui vend également des deux roues motorisées. Si la brasserie livre toujours ces futs de bières en calèche, un oeil aguerri pourra remarquer le premier deux roues motorisées, quelques voitures en plus et les premières signalisations de places de stationnement sur voirie.

En 1959, le magasin de deux roues n'a plus de vélo en vitrine mais une moto de grosse cylindrée. La voirie commence à être adaptée afin de permettre une meilleure circulation automobile. On y peint les premiers passages piétons. En 1964, les cyclistes disparaissent du paysage car la voirie a été entièrement réaménagée pour les automobilistes. Le tramway a été remplacé par un métro souterrain laissant plus de place en surface pour l’écoulement du trafic automobile. Seules deux femmes en solex représentent les deux roues sur la planche de 1966. Il n'y en aura plus sur les trois dernières.  Malgré une manifestation réprimandée par la police grâce à des canons à eau, une autoroute surélevée est en construction dans l’avant dernière planche. Elle occupe tout le premier plan du dessin sur la dernière planche en 1975.

La pelle mécanique ou la mutation d'une ville
Ces représentations introduisent également de nombreuses petites scènes anecdotiques offrant au lecteur une vision parallèle où il peut découvrir comment les habitants évoluent en même temps que leur environnement. Ces détails souvent amusants donnent une autre dimension aux illustrations et permettent également de rappeler que les villes et les campagnes sont d'abord des lieux d'échanges et de vie. Elles permettent également au jeune public d'apporter de la légèreté aux thématiques traitées.

La Ronde annuelle des marteaux-piqueurs ou la mutation d'un paysage» ainsi que «La Pelle mécanique ou la mutation d'une ville» sont deux formidables ouvrages qui permettent de remonter dans le temps  et de se rendre compte de l'évolution rapide des villes et des campagnes durant les années 50 et 70. Ils invitent leurs lecteurs à se questionner sur les développements présentés et actuels et ainsi à savoir si les marteaux piqueurs et les pelles mécaniques sont , aujourd'hui, toujours les outils de la mutation de nos espaces.


*Jörg Müller est né en octobre 1942 à Lausanne où il passe sa petite enfance. Il suit les cours des Écoles d'arts appliqués de Zurich et de Bienne. Il quitte la Suisse pour Paris où il travaille dans diverses agences de publicité puis de manière indépendante. Il crée des marionnettes et des dessins animés et illustre des livres pour la jeunesse depuis 1970.

5 oct. 2016

Sam, nouveau coursier d'expérience et de qualité à Strasbourg !

Depuis début 2016, le monde des coursiers à vélo à Strasbourg a fortement évolué. Une entreprise locale, Timing Transport Express, crée en 2013 a cessé ses activités. D'autres de dimensions internationales comme Deliveroo et Take Eat Easy, aux modèles économiques discutables et discutés, sont arrivées sur le créneau spécifique de la livraison de repas. La première s'est développée fortement au point qu'il est aujourd'hui impossible de ne pas croiser, à Strasbourg, l'un de « ses » coursiers. La seconde, moins présente dans la capitale alsacienne, a annoncé brutalement, en Juin, son dépôt de bilan. A cela, s'ajoute également une nouvelle société, Emma, qui propose de vous livrer en 40 minutes toutes vos demandes (alimentation, vêtements, médicaments...).

Dans ce paysage économique et social en profonde évolution, un nouveau coursier pédale depuis la fin de l'été dans les rues de Strasbourg. Après trois années passées dans la société Utimatum (devenue depuis Novea) où il était alors le seul cycliste, et quatre au sein de Tomahawk Bike Messengers, Samy Kropp, a décidé au printemps 2016 de devenir auto entrepreneur. Cette idée lui trottait dans la tête depuis quelques temps. Fort de son expérience de plus de 7 ans à livrer par tous les temps aux quatre coins de l'agglomération strasbourgeoise, il a crée, avec ses économies, son entreprise « Sam s'en charge, coursier à vélo ».


Début Août, Samy à commencé à rechercher ses premiers clients en prospectant dans différents domaines (fleuristes, supermarchés, restaurateurs, avocats, assureurs, notaires...). Lors de ces entretiens, il présente rapidement son activité, ses services, met en avant son expérience, son sérieux et distribue ses flyers. Il livre du lundi au dimanche sur les vingt huit (bientôt trente trois en 2017) communes de l'Eurométropole. Le prix des livraisons sont fonction de trois zones définies selon l'éloignement de l'endroit de prise en charge ou de livraison, de la rapidité avec laquelle la course doit être effectuée (2 ou 4à partir de la confirmation téléphonique) et du poids de celle-ci. Sam est également disponible, la nuit, sur réservation, de 19h à 7h.


Il a choisi comme outil de travail un biporteur de Douze Cycles, marque française pour laquelle il a eu un véritable coup de cœur. Ce choix s'est établi principalement sur la maniabilité supérieure aux autres biporteurs du marché (la roue avant a un angle de rotation de près de 140° grâce à une direction entraînée par câbles). Il a équipé son vélo d'un système Alfine 8 vitesses et d'une courroie qui, contrairement à une chaîne, ne nécessite pas d'entretien. En complément, une caisse en aluminium, également en provenance de Douze Cycles est fixée sur la plate forme et permet de transporter les marchandises en toute sécurité et à l'abri des intempéries. 


Sam a l'expérience, le professionnalisme et le matériel pour s'imposer dans la livraison à vélo à Strasbourg. Vous pouvez le joindre au 07 63 07 91 61. La perspective d'un nouveau Marché de Noël avec un centre-ville interdit aux voitures pour cause d’état d'urgence pourrait définitivement lancer et faire reconnaître les services de son entreprise.