19 mai 2016

Connaissez-vous l'Histoire du vélo à Amsterdam ?

Un nouveau livre est venu complété ma vélothèque. Composé de 400 pages sans illustrations*, « The city of bikes, the story of Amsterdam cyclists » est un livre uniquement disponible en anglais ou néerlandais écrit par Pete Jordan, écrivain américain, né à San Francisco. C'est dans cette ville qu'adolescent, il commence à pédaler et que quelques années plus tard il s’intéresse au développement du vélo comme mode de transport aux États Unis.


En 2002, à 35 ans, l'auteur, suite à la découverte d'une photo de cyclistes amstelodamois des années 1950 dans un livre de Lawrence Halprin, s'installe à Amsterdam pour étudier comment rendre les villes américaines plus cyclables. Il est immédiatement sous le charme de la capitale hollandaise dont le cœur bat pour le vélo. Sa femme, Amy Joy, qui partage également cet intérêt pour le vélo, le rejoint et travaille comme mécanicienne dans un magasin de vélo. Aujourd'hui, ils habitent toujours la capitale néerlandaise et leur fils y est né.


Dès son arrivée, Pete effectue des recherches sur l'histoire du vélo aux Pays-Bas et plus précisément à Amsterdam. N'ayant pas trouvé de livres s'y référant, il décide progressivement de combler cette lacune. Pour cela, il a passé dix ans à se documenter ainsi qu'à découvrir, observer et à se déplacer à vélo à Amsterdam.



L'auteur relate ainsi les débuts du vélo aux Pays-Bas comme loisir de riches à la fin du 19eme siècle, son développement massif dans les années 1920 ou encore les escapades à vélo de la Princesse Wilhelmina. Il explore profondément le rôle du vélo dans la résistance durant l'occupation nazie en exposant notamment de nombreuses anecdotes plus ou moins cocasses.


Les années 1960 et 1970, qui marquent le renouveau du vélo à Amsterdam, sont également richement documentées. Vous pourrez ainsi découvrir la véritable histoire des fameux vélos blancs, aujourd'hui reconnus de par le monde comme l'ancêtre des systèmes de vélos en libre service, mais également les manifestations massives pour diminuer la pollution atmosphérique et les accidents de la circulation ainsi que les conséquences de l'embargo sur le pétrole auquel étaient soumis les Pays-Bas. Enfin, Il présente, les pêcheurs de vélos, ces employés municipaux qui remontent quotidiennement des centaines de carcasses de vélos rouillés des canaux du centre ville comme l'une des principales attraction touristique d'Amsterdam.



Tout au long de son ouvrage, l'auteur dresse un historique exhaustif et parfois surprenant de l'évolution du vélo à Amsterdam. Il n'hésite pas à aborder des sujets qui fâchent comme le comportement de certains cyclistes (que même les Nazis n'ont pas réussi à mater !), le nombre élevé de vols ou l'utilisation du vélo, dans l'assassinat, en 2004, de Théo Van Gogh, réalisateur, descendant lointain du célèbre peintre et réputé aux Pays-Bas pour ses propos haineux et polémiques à l'encontre des musulmans.


Pete Jordan, vont emmènera même brièvement à Copenhague pour comparer le développement du vélo entre ces deux villes, références mondiales. Il rentrera à Amsterdam, assuré de s'être installé dans « la capitale mondiale du vélo ». Ce livre démontre que si aujourd'hui, la capitale néerlandaise est la référence mondiale du vélo, elle a conquis ce titre suite à une lutte intense dans les années 1960/1970 grâce à divers facteurs sociologiques, politiques et géographiques et qu’elle n'a pas l'intention de le céder. En effet, « In the city of bikes » retrace l'histoire d'habitants qui aiment le vélo dans une ville et un pays qui l'aiment également et où il est devenu aussi naturel que l'eau et l'air...


* les photos illustrant cet article sont issues de mes deux derniers séjours à Amsterdam

5 commentaires:

  1. Oui, c'est bon livre, même si j'ai trouvé la partie sur la 2nde guerre mondiale un peu trop long.

    Et encore, Amsterdam est dans une honnête moyenne comme ville cyclable aux Pays-Bas, mais comme 1) c'est souvent la seule ville que les touristes visitent et 2) qu'ils viennent très majoritairement de pays où le vélo-transport est anecdotique voire inexistant, ils en concluent que c'est le top (lire le blog https://bicycledutch.wordpress.com/).

    Pour ce qui est de Copenhague, le choix de réintroduire le vélo-transport est juste une question d'argent : dans les années 60-90, la ville était pauvre et n'avait tout simplement pas les moyens de développer la route comme l'a notamment fait Stockholm.

    Il est possible qu'on observe la même chose en région parisienne dans la décennie qui vient : le Grand Paris Express est trop coûteux et prendra trop de temps pour résoudre les énormes problèmes de congestion de la route et des transports en commmun. Lire l'excellent livre de Julien Demade "Les embarras de Paris" (qui peut s'appliquer à toute grande métropole saturée).

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, je suis très curieux de connaitre les références du vélo présenté sur la première photo. Quelqu'un (peut-être l'auteur) aurait-il des informations ? Merci d'avance =)

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, malheuresement, je ne peux pas vous aider. Ce vélo fait partit du genre de modèles originaux que j'ai uniquement vu à Amsterdam. Peut être un vélo home made...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca ressemble un peu à un Optima Hopper :https://spinlister-belvedere-assets.spinlister.com/ride/83162C60-7D47-42E8-AAE4-549B83D23449/cover.png
      un vélo de ville un peu comme le HP Velotechnik Spirit : http://www.velofasto.fr/products/spirit/

      Supprimer
  4. Merci beaucoup pour vos réponses =)

    RépondreSupprimer