14 avr. 2016

Quand le vol de vélo cargo profite à son développement !

Gagao est une cacaoteria artisanale bio qui dispose de deux boutiques à Strasbourg inaugurées en 2014 et 2015, rue des frères et rue Ste Barbe. Le gérant, Stéphane Gross, cycliste strasbourgeois depuis de nombreuses années, souhaitait continuer à se déplacer à vélo même en ayant des livraisons ou des marchandises à transporter. C'est donc tout naturellement que sa camionnette est un vélo cargo et pas n'importe lequel, puisque son choix s'est porté sur un Urban Arrow. Il a choisi ce modèle pour sa maniabilité et sa capacité de transport. Il n'est pas équipé d'assistance électrique car pour Stéphane « ça fait du bien de pédaler !». Grâce à sa « flèche urbaine », il transporte de nombreuses choses comme des cartons, gobelets, courses et poudres entre son atelier et ses magasins. 

Stéphane sur son Urban Arrow.

Un jour de septembre 2015, Stéphane, en sortant d'une livraison, constate que son outil de travail qu'il n'avait pas cadenassé, a disparu, volé en quelque secondes en pleine rue. Dégouté, mais pleinement convaincu par les vélos cargo et décidé à ne pas modifier ses habitudes de déplacements même suite à un vol, Stéphane, s'équipe rapidement d'un nouveau modèle moins cher, un triporteur Big Babboe. Si ce modèle est moins maniable qu'un biporteur, il permet à ses employés, moins aguerris que Stéphane au guidon d'un vélo cargo, de se sentir plus en confiance du fait de la stabilité procurée par les deux roues avant.






Stéphane s'était fait à l'idée de ne plus revoir son Urban Arrow et ne pensait plus à cette mauvaise histoire. C'était sans compter sur le hasard et l’œil vif de Caroline, une des nombreuses strasbourgeoises à se déplacer (avec ses deux enfants...) en Bakfiets. Le jeudi 31 mars au matin, elle remarqua sur son chemin quotidien, un vélo cargo semblant abandonné près d'une station Vélhop du quartier de l'Esplanade.



Caroline et son Bakfiets.
Intriguée, elle s'approche et découvre un biporteur noir couché sur le flanc, non cadenassé dont la roue avant est endommagée. Il n'est pas gravé mais possède un sticker de Rustine et Burette, l'un des revendeurs de vélos cargo de Strasbourg. Elle décide donc de poster une photo du vélo et sa localisation sur la page Facebook du magasin. 



Rapidement, un employé reconnaît le biporteur de Gagao même si celui-ci n'est plus équipé de son caisson et se rend sur les lieux pour le récupérer. Il n'arrivera pas à le remorquer jusqu'à son enseigne et le laissera chez Esprit Cycles, un confrère dont une boutique est localisée à proximité du lieu de réapparition du vélo. Heureux de retrouver son Urban Arrow et après les réparations qui s'imposaient, Stéphane envisage de le prêter à la boulangerie bio Backerstub qui va fabriquer à partir de fin mai des sandwichs et viennoiserie pour Gagao et qui souhaite tester la livraison en vélo cargo. Une belle « happy end » pour cette histoire !

2 commentaires:

  1. Une bonne nouvelle. Morale de l'histoire : toujours attacher son vélo à un point fixe, même un cargo, même pour quelques secondes.

    Peut-être que Colville-Andersen va peut-être lui aussi finir par retrouver son Bullitt, volé pour la deuxième fois (ou troisième? Pas clair).

    RépondreSupprimer