21 avr. 2016

Le festival de la cargologie présente les solutions pour un futur indépendant de l’automobile.

Sans bolides survitaminés, sans femmes courtes vêtues, sans green washing, mais avec des vélos (parfois aussi impressionnants qu’un concept car), des animations pour enfants auquel les adultes participent volontiers et la perspective d’un avenir prometteur, l’International Cargo Bikes Festival (ICBF) qui se déroulait les 16 et 17 avril derniers est tout le contraire du salon de l’auto.

Depuis 5 ans, cet évènement se déroule dans la ville de Nijmegen en Hollande à une centaine de kilomètres au sud est d’Amsterdam. Il s’agissait au départ d’un rassemblement de passionnés de vélos cargo qui se donnaient rendez-vous annuellement un dimanche après-midi. Autour de quelques animations, ils échangeaient sur les derniers modèles ou accessoires et sur la manière de démocratiser les vélos cargo et plus largement l’utilisation du vélo pour transporter des personnes ou des marchandises.

De plus en plus de monde a commencé à venir et à s'intéresser aux différents modèles et à la thématique, si bien que depuis 2014, une journée de conférence se déroulant le samedi vient renforcer l'événement. Cette année, Michael Cramer, président de la commission transport et tourisme du Parlement Européen à ouvert le festival. Il a replacé le vélo et la logistique cyclable dans la politique globale des transports de l'Union Européenne et a insister sur leurs rôles importants dans la réduction de la pollution atmosphérique.


Mot de bienvenue de Jos Sluijsmans, l'organisateur du festival
Discours de Michael Cramer
Plus de 200 personnes venant de toute l'Europe et même de Colombie ont débattu et écouter des exposés présentant le développement des systèmes de vélos cargo en libre service, de la logistique à vélo ainsi que sur les moyens technologiques, urbanistiques, financiers et règlementaires pour favoriser le vélo et son utilisation comme mode de transport capacitaire.

L'après midi de dimanche débutait tout d'abord par une parade de vélos cargo. Le festival se poursuivait avec la présence de nombreuses animations et stands de professionnels reconnus du secteur (Babboe, Bakfiets, Douze cycles, Urban Arrow, Workcycles…) et d’autres qui proposent des prototypes de vélos ou remorques adaptés au transport de marchandises.




 





Dans le domaine du transport d’enfants, Bakfiets propose deux grandes nouveautés. Tout d'abord, un moteur Shimano steps intégré au pédalier est désormais disponible sur les modèles de la marque. Elle innove également en ayant imposé un régime à l’aluminium à son biporteur qui permet au modèle nommé Airo d’afficher 6,5 kilos de moins sur la balance que son homologue au cadre acier et au caisson en bois.

Du coté des marchandises, la tendance générale est aux gros porteurs et aux accessoires favorisant le transport de containers ou de palettes. Ces modèles et accessoires qui pouvaient être testés lors de la manifestation prouvent qu’aujourd’hui, il est pratiquement possible de tout transporter à vélo en restant dans les gabarits règlementaires pour circuler sur les aménagements cyclables.

Les français sont encore rares à participer au festival et pourtant, le vélo cargo et la logistique à vélo ne peuvent plus aujourd'hui être vus dans l’hexagone ou ailleurs comme des solutions sortant du cerveau d’inventeurs farfelus ou de militants décroissants, l’International Cargo Bikes Festival le démontre de la plus belle des manières !

Vous pouvez découvrir la brochure présentant les deux jours de l'édition 2016 du festival ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire