31 oct. 2015

KR8, le renouveau du biporteur par Workcycles.

Depuis son lancement en 2003, la marque hollandaise de vélos utilitaires Workcycles distribuait le traditionnel biporteur Bakfiets sur lequel elle effectuait quelques personnalisations et améliorations. En 2010, Henry Cutler gérant de Workcycles proposa à Bakfiets.nl de faire évoluer leur modèle. Suite à une réponse négative, il décide de réaliser et de commercialiser son modèle de biporteur.

Devant le peu d'engouement des amstelodammois et des hollandais pour les modèles équipés d'un caisson court, Henry fait le choix de se lancer dans la construction d'un biporteur à caisson long permettant de transporter en toute sécurité jusqu' à 4 enfants ou de nombreuses marchandises.

Fidèle à l'esprit de Workcycles, ce biporteur baptisé KR8, sorti sur le marché en 2014 est entièrement personnalisable. A partir d'un cadre et d'une roue de 20 pouces à l'avant et de 26 à l'arrière, le client peut composer le vélo qu'il souhaite. La transmission, l'éclairage, le système de vitesses, de freinage, les accessoires, l'équipement du caisson, les couleurs ou l’installation d'une assistance électrique sont laissés au choix du client.


Le KR8 dispose d'un cadre robuste qui se démonte en deux parties pour un transport plus facile. Le caisson fabriqué en contreplaqué imputrescible peut également se démonter. Il est fixé à une structure tubulaire fine en acier et permet de transporter jusqu'à 100 kilos. Il est équipé d'un banc et de ceintures pour deux enfants. Il est possible de rajouter un second banc pour les familles nombreuses.


La finition est très soignée et malgré un un poids de près de 40kg, ce biporteur qui possède des lignes élancées, se conduit très facilement. A vide, et à plus forte raison, chargé, l'usage des freins à tambour montre néanmoins ses limites et un système de frein hydraulique semble plus adapté à un usage régulier du KR8.


La direction est très souple et il est facile, malgré une longueur de près de 2,5m, de se déplacer dans le labyrinthe des rues étroites d'Amsterdam. Il est juste nécessaire de trouver un emplacement plus large pour se stationner. Le cadenas de cadre et la chaîne fournie durant le test permettaient heureusement de se garer sans obligatoirement accrocher le vélo à un point fixe. De plus, le système de béquille assistée par ressort est très simple d'utilisation et permet une très bonne stabilité du vélo même chargé.


La version de base du KR8 est affichée à un peu plus de 2000 € TTC. Ce tarif est plus qu’intéressant pour un véhicule pratique, confortable, fiable et durable et qui peut transporter des enfants ou des marchandises sans broncher durant de nombreuses années...

Si vous aussi vous souhaitez en savoir plus sur la Cargologie (la mobilité en vélo cargo), tester différents modèles et discuter avec des personnes spécialisées dans ce domaine, n'hésitez pas à participer à l’évènement Go Go Cargo qui se déroulera le samedi 14 Novembre à partir de 15h30 à Strasbourg. 

28 oct. 2015

Workcycles, les vélos utilitaires personnalisables.

Workcycles est une marque hollandaise de vélos crée par Henry Cutler. Américain originaire de Brooklyn ayant émigré aux Pays-Bas pour travailler dans une grande compagnie hollandaise d'électroménager, Henry a décidé, en 2003, d'exercer un métier plus intéressant lui permettant d'assouvir sa passion pour le vélo.

Henry Cutler devant des modèles de FR8
Workcycles a choisi de se spécialiser dans les vélos utilitaires qui permettent de transporter des personnes ou des marchandises. La marque propose des vélos aux accessoires et aux couleurs totalement personnalisables. Ainsi, depuis 2008, le FR8 (prononcez freight, frêt en anglais) permet de transporter sur un vélo trois enfants ou des charges allant jusqu'à 250 kilos.

En 2014, Henry, fort de plus de 10 ans de métier a choisi de développer son propre modèle de biporteur, le KR8, modèle qui vous sera présenté plus en détails dans un prochain article. Workcycles réalise également des vélos spéciaux pour les entreprises à des fins de communication ou publicitaires. Cette activité est depuis quelques temps moins importante car selon Henry, les vélos cargos sont devenu des vélos banals à Amsterdam et ne suscitent plus de suffisamment d'originalité et d'intérêt auprès des amstellodamois et des hollandais.

Workcycles compte aujourd'hui 8 salariés. L'enseigne, située au bord d'un canal dans le paisible quartier de Jordaan à l'ouest du centre ville d'Amsterdam est à la fois un atelier où sont assemblés ou réparés les vélos et un show room où est présenté l'ensemble de la gamme. C'est également un lieu de rencontre où il est possible de boire un café, de lire des ouvrages dédiés au vélo et un musée où sont exposés divers vélos récupérés par Henry.




Workcycles, qui a été désigné meilleur magasin de vélo d'Amsterdam en 2010 et 2011 par le Time Out Magazine, propose même un coin dédié aux enfants et une salle de change pour que les parents puissent prendre le temps de discuter et d'échanger tranquillement avec Henry avant un achat.




Workcycles exporte ses vélos dans le monde entier mais n'a pas encore de distributeur en France. Il est cependant possible de se faire livrer dans l'hexagone en passant commande. Si vous recherchez un vélo sur mesure et capable de transporter des enfants ou des marchandises, Workcycles et sa devise « Do better with less » (faire plus avec moins) sera très certainement répondre à votre demande.

25 oct. 2015

Amsterdamers love cargo bikes !

Tout récemment revenu de quelques jours passés à Amsterdam, je vous livre aujourd'hui un condensé de la diversité des vélos cargo que j'ai pu rencontrer dans la capitale des Pays-Bas. Le traditionnel biporteur Bakfiets est le modèle le plus répandu et de nombreuses familles en possèdent un pour se déplacer avec des enfants, des courses et de nombreuses autres marchandises.








Quelques modèles d'autres marques hollandaises comme Babboe, Urban Arrow ou Workcycles (plus d'infos sur cette marque très prochainement) se rencontrent également régulièrement. 









En complément, il n'est pas rare non plus de croiser de nombreux modèles de triporteurs dont certains faits maisons ou permettant de transporter plusieurs adultes ou des charges volumineuses.













Cette diversité de modèles et d'usages des vélos cargo à Amsterdam en fait un véritable laboratoire de la Cargologie. Quelques photos inédites de ces quelques jours seront exposées à partir du 14 Novembre dans la cadre de l’évènement Go Go Cargo qui marquera le lancement du livre Cargologie. Plus d'informations très bientôt !

14 oct. 2015

La fête quotidienne du vélo cargo à Strasbourg...

Jeudi 8 Octobre 2015, je suis en congés et n'ai pas grand chose de prévu. J'amène ma fille à l'école comme chaque matin en triporteur. Arrivés à l'école, deux biporteurs et un autre triporteur sont déjà garés devant l'école. Il serait bien que cet établissement scolaire bénéficie également rapidement de places de stationnement réservées aux vélos cargo...

8h30, j'ai quelques courses à faire. Sur le chemin, quai Finkmat, je rencontre un premier vélo cargo en action. Il s'agit d'un Bakfiets. Mon appareil et moi ne sommes pas encore bien réveillés. La photo sera donc un peu floue... Une minute plus tard, au carrefour suivant, j'immortalise dans la précipitation un Babboe City.



Un peu avant 9h00, une belle surprise m'attend aux abords du boulevard Wilson. Il s'agit d'un Nihola Low à assistance électrique, modèle que je n'avais auparavant jamais vu à Strasbourg.


Il est 10h, mes quelques courses réalisées, le temps étant plutôt agréable, je décide de flâner en ville au guidon de mon triporteur et me retrouve vers la place Gutenberg.

Je croise d'abord un Nihola, puis Isaac, le fondateur de Timing transport qui file vers un client. Il a juste le temps de me faire un signe de la main. Ensuite, je remarque un autre Bullitt blanc stationné devant la chambre de commerce et d'industrie. Novéa est venu récupérer un colis à livrer dans les plus brefs délais.




Vers midi, au gré de mes pérégrinations, je me retrouve place St-Etienne. Je recroise Isaac. Il a le temps de s'arrêter. On discute pendant 10 minutes. Durant ce temps, il répond à l'appel d'un client pour une livraison en début d'après midi et un enfant m'offre un joli sourire par la « fenêtre » de son Big Babboe.


Il est 12h30. J'ai rendez-vous pour déjeuner avec Audrey-France, la plus sympathique bakfietseuse de Strasbourg. Je me gare à coté de son biporteur à deux tours de pédales de son lieu de travail. Elle est en retard. C'est pas grave, je vais patienter sur la passerelle de l'abreuvoir, très fréquentée des cyclistes. J'y croise Caroline et son Bakfiets à la tente bleu. Elle est malade et me dit qu'elle va passer à la pharmacie pour acheter quelques médicaments et rentrer faire une sieste avant l'après midi...


14h00, je digère dans un parc de la Petite France en lisant quelques pages d'un livre. A peine partit, vers 15h00, j’aperçois au loin un convoi exceptionnel. Il s'agit de l'un des trois triporteurs de Hot Dog City équipé de sa remorque.


15H30, je rencontre Eric place de la République. Il est en retard pour sa réunion mais cela ne nous empêche pas de discuter 5 minutes ensemble. 


Vers 16h, je décide de prendre la direction du pont du Corbeau. J'y croise rapidement un Big Babboe équipé d'une assistance électrique et un peu plus tard le Bakfiets «Transport» d'Esprit Cycles qui sert à acheminer des marchandises entre les trois boutiques strasbourgeoises de l'enseigne.



17h00, il est temps de retourner à mes obligations parentales. Au total, j'ai du voire une cinquantaine de vélos cargo dans la journée en comptant ceux stationnés, les coursiers que j'ai croisé plusieurs fois, le Maximus de Cyclorama place de la Cathédrale (t'étais où Josh?) et ceux que j'ai furtivement aperçu filant au coin d'une rue. 

En 2011, lors de mon retour à Strasbourg, il était rare que je croise un autre vélo cargo. Aujourd'hui, il y en a de plus en plus qui circulent dans la capitale alsacienne. Les usages et les publics se diversifient. La Cargologie se développe à Strasbourg, comme vous pourrez le découvrir plus profondément très bientôt en restant fidèles à I Bike Strasbourg...