24 juin 2015

Strasbourg teste de nouveaux modèles de « range-vélos ».

L'Eurométropole de Strasbourg a mis en service hier une nouvelle zone de stationnement expérimentale pour les vélos en centre ville. Elle a été installée au centre ville à l'angle de la rue du 22 novembre et de la rue du Fossé des tanneurs à l'emplacement de deux anciennes cabines téléphoniques récemment déposées par France Telecom. Cette aire regroupe trois nouveaux modèles de ce que les techniciens appellent désormais des « range-vélos ».


Ces ranges vélos ont vocation à faciliter le stationnement des vélos (notamment ceux équipés d'un panier ou de sacoches) tout en étant les plus compacts possibles. L'objectif de ce test est de recueillir un maximum de remarques des cyclistes afin de les intégrer dans un futur cahier des charges pour un nouveau modèle. Afin de pouvoir aisément juger leurs avantages et inconvénients, un numéro et une couleur ont été attribués à chaque modèle.

Modèle de "range-vélos" n°1, couleur jaune
Modèle de "range-vélos" n°2, couleur bleue
Modèle de "range-vélos" n°3, couleur orange
Les usagers sont invités à envoyer leurs remarques par courrier électronique à l'adresse suivante : rangevelos@strasbourg.eu ou en scannant le flash code présent sur les deux totems présent sur le site. L'expérimentation se terminera au mois de septembre 2015. Le nouveau modèle de « range-vélos » sera déployé massivement au printemps 2016 aux abords de la zone piétonne du centre ville.

Au delà d'offrir une offre de stationnement complémentaire, cette démarche vise également à inciter les cyclistes se rendant dans la zone piétonne pour une course de stationner leur monture à l'entrée de celle-ci et de finir leur déplacement à pied.

8 commentaires:

  1. J'ai testé le modèle n°2 et il n'est pas évident de cadenasser son vélo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'oubliez pas de transmettre votre ressenti à l'adresse suivante : rangevelos@strasbourg.eu

      Supprimer
  2. La dernière phrase est assez inquiétante et malheureusement révélatrice du véritable objectif derrière cette opération. Cyclistes/piétons, on pourrait pas juste essayer un peu de respect mutuel (on roule cool à vélo, on marche pas sur les pistes etc...) Parce que là à part donner des éléments pour justifier la guerre intermodale (à cause d'une portion infime d'individus faut-il le rappeler), je vois pas trop ce qui pourrait en sortir de bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je remarque pour une fois un commentaire intelligent sur ce sujet qu'il faut absolument dépassionné.

      Supprimer
  3. Ils sont en tout cas tous très moches ! Le design, c'est un métier.

    RépondreSupprimer
  4. La méthode est sournoise : tester un range vélo et en choisir un serait alors "approuver" le principe que le cycliste laissera son vélo pour circuler à pied...
    Plus honnête aurait été un formulaire qui demande d'abord si on trouve commode de laisser le vélo hors hypercentre, pour aller parcourir l'hypercentre à pied. Puis si oui, faire voter sur le modèle.
    Il y a des cyclistes qui "traversent" (trajet domicile travail par exemple) l'hypercentre et peuvent y faire des courses. C'est mon cas. Intérêt zéro dans ce cas.
    La réelle action que j'attends de notre collectivité, c'est effectivement réussir à faire cohabiter vélos et piétons. Dépassionner le débat, oui, mais aussi faire appel à du bon sens lors des aménagements, ce qui n'est malheureusement pas toujours le cas...
    En attendant, de simples arceaux seraient les bienvenus dans le centre, il n'y en a pas assez.
    Et en effet, ceux qui sont en test sont bien moches...

    RépondreSupprimer
  5. Je suis étonné que l'on ne parle jamais de ce qui constitue un véritable obstacle à la circulation du piéton sur les trottoirs (et souvent une pollution visuelle) : les enseignes des commerces au sol et autres pancartes qui prennent une bonne largeur sur l'espace public (exemple visible sur la première photo de cette page). C'est parfaitement inutile, leurs enseignes et leurs belles vitrines ne devraient-elles pas suffire ?
    De simples arceaux supplémentaires disséminés dans le centre aux endroits propices et le tour est joué !
    Un consommateur piéton et cycliste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord ! Le "mobilier urbain" et "publicitaire" est un bel obstacle, et les vélos "parkés" sauvagement sur les trottoirs aussi (par exemple, pour un non-voyant, ces obstacles sont bien réels). Alors oui, plus d'arceaux partout, y compris d'ailleurs hors du centre ville car certaines rues n'en sont pas du tout équipées. Pourquoi ne pas en inclure parmi les emplacements pour les voitures, comme c'est fait sur le quai des bateliers ?

      Supprimer