11 juin 2014

I Bike Strasbourg teste un Urban Arrow Family



Dans le cadre de leur 5ème année d'études, des élèves de génie électronique, option Énergie de l'INSA Strasbourg ont équipé d'assistance électrique 4 vélos cargo en partenariat avec Electricité de Strasbourg et la Communauté urbaine de Strasbourg.  Partis d'une feuille blanche, les élèves ont d'abord recherché les différents types de vélos cargos. Le choix des 4 équipes s'est arrêté sur un Nihola Cigar Family, un Urban Arrow family et deux Maximus, l'un en version rickshaw et l'autre en version plateau.

Leur enseignant leur a imposé deux types de motorisations. La première dans la roue avant pour les deux Maximus qui sont équipés de moteurs Golden de 500W bridés à 250W pour être conforme à la législation française en vigueur sur les vélos à assistance électrique. Le Nihola et l'Urban Arrow sont équipés de moteurs sur le pédalier, ce qui a permis aux élèves de comparer les différences de motorisation.

J'ai pu tester durant une semaine l'Urban Arrow Family qui a été acheté chez Rustine et Burette revendeur de la marque à Strasbourg. Quand on monte pour la première fois sur cette version revisitée de l'Urban Arrow Family on se demande comment est ce que l'on peut rouler avec ce vélo. Il a été équipé d’un moteur Sunstar d’origine japonaise. Il mesure près de 2,5 m de long et est lourd... très lourd.


Avec le cadre, l'assistance (moteur, batterie...) et la caisse en bois installée à la place de la benne de la caisse de série, j'estime le poids du vélo à plus de 60 kg à vide. Si bien que l'assistance qui dispose de trois niveaux est quasiment obligatoire dans cette configuration et à plus forte raison lorsque l'on veut transporter des marchandises. Ayant oublié de recharger la batterie un soir, j'ai testé à mon insu un trajet matinal sans assistance qui s'est transformé en véritable une performance sportive.

L'Urban Arrow Family est équipé d'une transmission Nuvinci qui était une première pour moi. J'ai véritablement apprécié la souplesse d'une telle boite de vitesse associé à une courroie. Même aidé par une assistance on arrive toujours à trouver le bon braquet pour avoir le coup de pédale le plus efficace. Par contre cette transmission intégrée au moyeu arrière alourdi encore de près de 5kg le poids du vélo.


La finition de la caisse en contreplaqué façonnée sur mesure par un artisan local est irréprochable. Elle vient se fixer sur la plateforme à la place du caisson d’origine permettant de transporter des enfants. Cette caisse intègre astucieusement une petite trappe sur son côté droit ou est insérée l'onduleur et la batterie amovible de 24 V. Cette dernière délivre 9 à 11 Ah et assure une autonomie de 30 à 50 kilomètres selon le niveau d'assistance utilisé. Cette trappe aurait méritée d'être un peu plus large afin de mieux pouvoir manier la clé de la batterie située sur son flanc.



Si les premiers tours de pédales sont un peu déstabilisants, l'assistance aide à prendre un peu de vitesse et à ne pas être déstabilisé au départ par le poids de la bête. Une fois lancé, l'Urban Arrow Family est très stable et se conduit très facilement. Le système de freinage à tambour est adapté au poids du biporteur. Je regrette qu'au delà de 20 km/h la roue avant de 20 pouces se mette à « chasser » ce qui rend le vélo instable à cette vitesse. 

 
Je ne peux pas vous dire si ce problème est propre à cette version et à son évolution (motorisation et boite sur la plateforme) ou s'il s'agit d'un problème de série. Je pencherai plutôt pour la première option. Les usagers réguliers d'Urban Arrow pourront confirmer ou infirmer ce fait. Quoi qu'il en soit, même si pour moi cette version évoluée est trop lourde, l'Urban Arrow Family de série reste un biporteur intéressant pour de nombreux besoins. Ce n'est pas un hasard si ce vélo cargo se rencontre de temps en temps dans les rues de Strasbourg.




Le prochain article qui sera publié vendredi présentera le test du Nihola qui a été motorisé dans le cadre du même projet d'étude. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire