7 mai 2014

Mauvaise rencontre...

Il y a quelques jours, je roulais sur la piste cyclable unidirectionnelle de la rue du Faubourg de Pierre réalisée au niveau du trottoir. Je circulais au milieu de la piste quand je croise une cycliste roulant en contre sens sur la piste avec un enfant dans son siège arrière. 

Je me déporte légèrement sur la droite tout en restant sur la piste afin de lui laisser le passage, même si elle n’a pas le droit de circuler dans ce sens. En m’écartant, je découvre masquée derrière elle, sa grande fille âgée d’environ 8 ans qui circule également à vélo et qui veut se placer à côte de sa mère ou la doubler. Je n’ai pas eu le temps de m’arrêter, la fille non plus, surprise de voir un vélo, la collision frontale été inévitable.

Le choc n’a pas été très violent, nous roulions tous les deux à des allures modérées. La fille n’est pas tombée de son vélo, moi non plus. Je me suis arrêté et j'ai pris des nouvelles de la fille en m’excusant de lui être rentré dedans (même si je n’étais pas en tort…) et de lui avoir fait mal. Elle a juste eu la main légèrement égratignée par la caisse de vin qui me sert de panier. Elle ne saignait pas mais a sans doute eu un peu peur.

La piste cyclable sur laquelle s'est déroulé l'accrochage
J’ai ensuite expliqué poliment à la mère que ce petit accrochage n’aurait pas eu lieu si elle avait respecté le code de la route et qu’elle ne circulait pas en sens interdit sur la piste cyclable. La mère, que je ne voulais pas trop accabler vu que tout le monde allait bien et parce qu'elle a raison de se déplacer à vélo avec ses enfants m’explique qu’elle circulait en sens interdit sur la piste cyclable par ce que dans l’autre sens, la piste cyclable se transforme en couloir bus autorisé aux vélos à l’approche du carrefour…

Fin de la piste cyclable et début du couloir bus autorisé aux cyclistes
Ce couloir bus autorisé aux cyclistes fait 100 m de long. Il a comme tous les autres couloirs strasbourgeois de ce type une largueur spécifique de 4,2 m (3,2m pour un couloir bus classique) afin de permettre aux bus qui veulent doubler des cyclistes de ne pas les frôler. L’utilisation de ce couloir bus par les cyclistes n’est pas dangereuse même pour des enfants.

Utilisation du couloir bus et cyclistes
A vélo, comme en voiture ou à pied, il est nécessaire de respecter le code de la route. Le non respect du code de la route par des cyclistes est l'un des principal argument utilisé contre le développement du vélo. C’est pour cette raison qu' I Bike Strasbourg ne photographie pas les cyclistes enfreignant le code de la route (circulation avec un téléphone portable, sur un trottoir, en contresens sur un aménagement cyclable…). J’espère que ce message permettra d’éviter à d’autres cyclistes et surtout à des enfants ce genre de mésaventure…

9 commentaires:

  1. Bonjour,

    si on se place dans l'optique d'émanciper les gens de 8 à 128 ans grace à la possibilité de se déplacer en vélo, imitons plutôt les Pays-Bas et prônons les voies cyclables réservées aux cycles (fauteuils roulants, même motorisés, compris).
    Vous l'illustrez : un choc entre cycles, ou même entre cycles et piétons est extrêmement peu dangereux ; il n'en va pas de même lors d'une collision avec un autobus -et il y a des statistiques là-dessus.

    Les couloirs de bus partagés avec les cycles sont une mauvaise idée pour au moins deux raisons :
    1) d'abord du point de vue de la dynamique : un vélo moyen et un bus moyen ont la même vitesse moyenne, sauf que le bus fait de grandes accélérations et de fréquents arrêts alors que le vélo roule à une allure constante,
    2) ensuite, du point de vue du sentiment de sécurité, ce n'est pas du tout pareil pour des usagers vulnérables de partager la chaussée avec un bus (et 4.2 m, c'est relativement peu large pour ça, franchement : j'aurais mis 5 m), qui en plus vous double éventuellement à vive allure ou se rabat pour se ranger à l'arrêt de bus. Franchement, je comprends la maman.

    Nous ne sommes pas tous des cyclistes aguerris qui savent rouler parfaitement droit dans une piste-caniveau (désolé je reviens de Paris), et le cyclisme urbain ne pourra vraiment faire sentir ses bénéfices que s'il profite à tous, des enfants, qu'on pourrait laisser se déplacer seuls, aux personnes agées.

    Prônons donc ce qui met les enfants et leurs parents en confiance : des voies cyclables bi-directionnelles -c'est si simple et si confortable (largeur très minimale 1.5m x2 = 3m). Elles doivent passer derrière l'arrêt de bus -exactement comme la voie cyclable côté droit de votre photo. Afin de bien les séparer des piétons, elles devraient aussi être dénivelées par rapport au trottoir -pas comme à Strasbourg :-)

    RépondreSupprimer
  2. Je partage le point de vue de la maman et de Feth

    RépondreSupprimer
  3. Je suis tout à fait d'accord avec vous concernant le respect du code de la route par les cyclistes et le minimum me parait être de ne pas rouler sur les trottoirs et de respecter le sens de circulation, y compris des pistes cyclables.

    Cependant, à propos de l'espace partagé bus/vélo : pour m'être déjà fait prendre en sandwich entre le trottoir et un bus par un chauffeur qui plutôt que de rester derrière moi 5 secondes le temps que je dépasse son arrêt a préféré me doubler puis me faire une queue de poisson pour s'arrêter devant moi à l'arrêt de bus, me bloquant complètement entre lui et le trottoir et outre la frayeur de se voir frôler par un engin de quelques tonnes, m'a obligée à attendre qu'il reparte pour pouvoir bouger ; si une telle mésaventure est arrivée à cette personne, je peux comprendre qu'elle redoute cette configuration, surtout avec des enfants.

    Pour autant, la plupart des gens que je croise à contre-sens sur les pistes cyclables ou ailleurs, ont rarement de raison 'valable' et le font le plus souvent par flemme de traverser la chaussée (attendre au feu)...

    RépondreSupprimer
  4. Je roule souvent en sens inverse car je doit m'arrêter à mon immeuble qui se trouve à gauche de la rue.
    J'ai plusieurs fois croisé les policiers municipaux sur cette piste cyclable sans être accomodé.

    RépondreSupprimer
  5. Je trouve aussi vraiment embêtants les gens qui roulent en sens inverse. C'est dangereux car il n'y a au final que peu de place. Ça ne viendrait à l'esprit de personne de prendre un sens unique à voiture, mais bon, on dirait que dans l'imaginaire populaire, tout est permis quand on est à vélo.
    Après, je conçois tout à fit qu'avec un enfant, on ne veuille pas prendre se risque, surtout que les chauffeurs de bus DZ Strasbourg sont, pour la plupart, de vrais tarés complètement irrespectueux du code de la route et de n'importe quelle règle logique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous cite : « il n'y a au final que peu de place ».
      Perso, j'ai vraiment tendance à trouver que le problème vient de l'infrastructure mal conçue.

      Supprimer
  6. Bonjour à tous et merci de vos commentaires. Voici quelques éléments complémentaires suite à vos remarques.

    Un couloir de bus autorisé aux vélos de 5 m ne sert à rien car avec 5 m on peut donner 3,2 m aux bus et 1,5 de piste cyclable aux vélo. Concernant la dénivellation entre une piste et le trottoir, Strasbourg commence à le faire (rue de Bucarest dans le nouveau quartier du Bruckhof).

    Pour les policiers qui ne disent rien sur la circulation des cyclistes en contre sens, cela confirme mon sentiment que les contrôles pour les cyclistes sont ciblés un ou deux lieux particuliers et qu'ailleurs l'impunité continue....

    Enfin, personnellement je me pose la question de la nécessité des 4 places de stationnement (2 m de large) du début de la rue. Sans elles ont pourrait avoir une piste cyclable continue et non un couloir bus et vélo de l'autre côté de la rue...

    RépondreSupprimer
  7. A Strasbourg. 24 Mars 2015
    Cette maman a raison de privilégier sa sécurité, elle aurait dû apprendre quelques rudiments à sa fille.

    Que dire des pistes cyclables qui passent d'un côté à l'autre de la rue (merci les aménageurs), des voitures arrêtées sur les pistes warnings allumés (ce n'est pas long, tant pis pour le cycliste qui est mis en danger) ?

    Je suis pour une tolérance des usages par les cyclistes car l'aménagement des pistes ne permet pas de respecter partout le code de la route. Au cycliste d'être prudent et courtois.

    Je suis excédé de trouver chaque jour 1 ou 2 véhicukles arrêtés sur la piste devant moi, et de me faire agresser lorsque je demande le respect de ma sécurité (ne parlons pas de mon droit).
    J'ai bien envie de reprendre ma voiture ...

    RépondreSupprimer