24 janv. 2014

La première ligne de BHNS de l'agglomération strasbourgeoise et le vélo.

La Communauté Urbaine de Strasbourg (CUS) a inauguré le 30 novembre 2013 sa première ligne de bus à niveau de service (BHNS). Baptisée ligne G, elle relie la gare centrale à l'espace européen de l'entreprise, zone d'activités tertiaire regroupant près de 9000 emplois sur plus de 100 hectares située à l'ouest de la commune de Schiltigheim.

L'objectif de cette première ligne de BHNS est de relier efficacement en transports en commun le centre ville à cette zone économique majeure de l'agglomération. La ligne participe également au désenclavement de la cité Nucléaire de Cronenbourg qu'elle dessert sur son itinéraire. Bénéficiant d'un site propre sur plus de 80 % de son tracé de 5 kilomètres, la ligne G a été pensée comme une ligne de tram (réaménagement de façade à façade, priorité aux feux, aménagement des stations, information dynamique, fréquence élevée, amplitude horaire large, parking relais...). Elle a donc été accompagnée de nouveaux aménagements cyclables qui sont l'objet de cet article.

A partir du terminus de la ligne, situé devant la chambre des métiers à Schiltigheim, les cyclistes disposent désormais sur l'allée de l'Europe de pistes cyclables unidirectionnelles équipées de sas aux carrefours pour les mouvements de tourne à gauche. Des sas ont également été marqués sur les voies perpendiculaires. Malheureusement leur utilisation est moins aisée, leur accès n'etant pas bien pensé. 

Terminus de la ligne G, véloparc sécurisé pour une vingtaine de vélos
Avenue de l'Europe
Utilisation du sas à montrer dans les vélo et auto écoles
Avenue de l'Europe
Avenue de l'Europe, la piste et le trottoir bénéficient d'un éclairage spécifique lorsqu'ils sont séparés de la voirie par des espaces verts
Nouvelle station Vélhop à proximité de l'arrêt Londres
La transition entre l'Espace européen de l'entreprise et la cité Nucléaire de Cronenbourg se fait par de nouvelles pistes cyclables unidirectionnelles le long de la route de Hausbergen et par une piste bidirectionnelle le long de la rue Becquerell qui existait avant l'arrivée du BHNS. La traversée de la cité se fait par de nouvelles pistes unidirectionnelles sauf le long d'une courte rue réservée à la ligne G qui a été percée dans le prolongement de la rue Lavoisier dans le cadre du programme de renouvellement urbain (PRU) de Cronenbourg. Cette rue est équipée d'une piste bidirectionnelle qui sera doublée de l'autre côté de la rue à l'issue de la démolition d'un bâtiment.

Sur la partie nord de la route de Hausbergen, en l'absence de trottoirs, les piétons marchent sur la piste cyclable...
Route de Hausbergen
La ligne G dans un secteur en pleine mutation urbaine au coeur de la cité nucléaire de Cronenbourg
Merci d'avoir penser à équiper cette armoire d'éclairage de signalisation réfléchissante, mais cela aurait été mieux de ne pas la mettre sur la piste cyclable (ni sur le trottoir...). A modifier, vite !
Les pistes cyclables continuent ensuite de suivre le tracé de la ligne G le long de la rue d'Hochfleden totalement réaménagée et qui disposait déjà préalablement d'aménagements cyclables. Ces nouvelles pistes cyclables sont par endroit très étroites (largeur estimée d'un mètre).

Rue de Hochfelden
Rue de Hochfelden, tronçon de piste cyclable étroit avec candélabres sur l'aménagement
Rue de Hochfelden, pas de trottoir sur la partie longeant les emprises SNCF
Rue de Hochfelden
Le jalonnement est présent tout au long de l'itinéraire
Au débouché de la rue de Hochfelden deux options d'itinéraires se présentent aux cyclistes pour rejoindre le centre ville. La première est d'emprunter le tunnel Jean Robic pour traverser l'autoroute puis de continuer le long du BHNS sur la partie sud de la rue Wodli. Cet itinéraire implique le partage avec les voitures du passage sous les voies SNCF (ce passage était réservé aux cyclistes avant la création du parking Wodli en 2007) et une longue attente au carrefour entre la rue Wodli et le boulevard Wilson pour cause de priorité à la ligne de tram C et au BHNS G. Ce passage est moins problématique dans l'autre sens car les cyclistes traversent les voies SNCF par un tunnel réservé aux modes actifs. Cet itinéraire est celui à emprunter pour rejoindre la gare par le boulevard Wilson sur la piste cyclable implantée le long de la plateforme de la ligne C de tram.

Le second itinéraire préféré par I Bike Strasbourg passe devant le siège de la CTS puis traverse les bretelles autoroutières par trois carrefours à feux bien coordonnés. Il longe ensuite la ligne G sur le côté nord de la rue Wodli en passant sous l'autoroute avant de bifurquer à gauche et de prendre le tunnel (certes un peu glauque...) sous les voies SNCF. Il débouche ensuite via la petite rue des magasins sur un carrefour à feux avec le boulevard Wilson qui est plus rapide à franchir. Cet itinéraire se poursuit jusqu'au centre ville via la place des Halles et la rue Sébastopol. Vous pédalerez sur une piste cyclable bidirectionnelle sur l'intégralité de ce tronçon à l'exception de la rue Sébastopol équipée d'un double sens cyclable en entrée de ville.

Traversée sécurisée des bretelles d'accès à l'autoroute
Passage sous les 2*4 voies de l'autoroute
Tunnel sous les voies SNCF
La réalisation de la ligne G a un impact positif sur l'évolution du réseau cyclable de l'ouest de l'agglomération. Elle a permis de supprimer les maillons manquants au cœur de la cité Nucléaire de Cronenbourg et de réaménager certains tronçons obsolètes dans l'espace européen de l'entreprise. A une autre échelle, cet itinéraire permet également désormais aux villes de Niederhausbergen, Mundolsheim et Lampertheim situées en seconde couronne de l'agglomération de bénéficier d'un accès cyclable continu vers le centre ville.

Voie verte entre le terminus de la ligne G et Niederhausbergen
Cependant, le manque d'aménagements sur une partie de la rue Wodli fait cruellement défaut à un endroit où ils auraient été nécessaires pour garantir une bonne sécurité aux cyclistes. De même l'étroitesse de certains tronçons notamment sur la rue de Hochfelden, renforcée par certaines implantations maladroites de mobilier urbain diminue la qualité globale de l'aménagement.

Ces nouveaux aménagements permettent malgré tout une desserte à vélo de qualité acceptable des secteurs qu'il traverse. Ils permettront de développer la pratique du vélo dans cette partie de l'agglomération qui est celle où les strasbourgeois pédalent le moins (3 % d'après la dernière enquête ménages déplacements de 2009).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire