30 avr. 2013

La culture vélo à Gand - partie 2 - Fietsstraat, la rue cyclable

La ville de Gand expérimente depuis l'été 2011 une rue cyclable sur le très répandu modèle hollandais. Cet aménagement a pour objectif de rendre encore plus sûre et attractive la pratique du vélo. Sur cette rue, à la signalisation spécifique, la voiture n’est pas autorisée à doubler les cyclistes. Le choix de Visserij (la rue des pécheurs) a été fait car cette rue demeurait un tronçon non aménagé d’un important itinéraire vélo entre le sud et le nord de Gand.



Les effets de la rue cyclable ont été immédiats. Un an après sa mise en service, le nombre de cycliste a augmenté d’un tiers passant de 1700 en 2010 à 2600 en 2012. Le nombre de voitures à quand à lui diminué passant de 260 à 190 de même que leur vitesse même si elle reste encore trop largement supérieure au maximum autorisé de 30 km/h.



La rue cyclable a été réalisée sur cet axe parce qu’elle permet :
  • d’être réalisée rapidement (prise d’un arrêté de circulation, pose de panneaux et marquage spécifique au sol)
  • de promouvoir un partage de l’espace public entre voitures et cyclistes en ne réalisant pas d’infrastructure dédiée aux cyclistes
  • de ne pas bouleverser les habitudes des automobilistes (stationnement, accès…)


Face au succès de cette expérimentation, l’Etat Belge a décidé depuis février 2012 d’ajouter officiellement le concept de rue cyclable dans le code de la route belge. La ville de Gand réfléchi maintenant en partenariat avec les associations locales à la mise en place d’autres rues cyclables. De son côté, Bruxelles, vient de mettre en service, le 22 avril, sa première rue cyclable.


En France, la situation est moins avancée, ce type d'aménagement n'existe pas dans le code de la route (rue) et n'a pas été expérimenté. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire