28 mars 2013

Le vélo et l'autoroute à Strasbourg

La planification du réseau autoroutier de Strasbourg a débuté à la fin des années 1960. Durant cette décennie, le choix de passer au plus près du centre ville s’est imposé afin de favoriser l’accès à ses nombreux parkings construits à la même époque. Le choix de ce tracé a également été facilité par les disponibilités foncières offertes par la zone non aedificandi des glacis ceinturant les anciennes fortifications du 19ème siècle et le refus (à l’époque…) de traverser les riches terres agricoles du Kochersberg situées à l’ouest de Strasbourg.

Le premier tronçon autoroutier de l’A4/A35 est mis en service au début des années 1970 entre le centre de Strasbourg et Vendenheim, commune située à 10 kilomètres au nord. Il propose 3 voies dans chaque sens. Ce tronçon est complété dans la seconde moitié des années 1970 par l’A351 d’un gabarit de 2*2 voies qui assure sur 4 km une pénétrante ouest tracée spécifiquement dans l'axe de la cathédrale.

A 351 vue depuis Hautepierre
Le tronçon sud de 8 kilomètres de l’A4/A35 entre l’A351 et Illkirch est mis en service au début des années 1980. Il dispose de 2*3 voies. En parallèle, au nord de Strasbourg, un appendice d’1,5 km répondant au nom de code d’A350 relie l’A4/A35 au quartier du Wacken permettant une bonne accessibilité routière au parlement européen.

Le tronçon central de l’A4/A35 situé entre la jonction des autoroutes A350 et A351 propose 2*4 voies. Il est construit en remblai ou en ouvrage pour enjamber le faisceau de voies ferrées au nord de la gare centrale et trône à plusieurs mètres de hauteur.

Ce tronçon est l’un des plus chargé des autoroutes françaises avec un trafic moyen journalier annuel aujourd’hui stabilisé à 160 000 véhicules (contre 40 000 à sa mise en service) et des pointes à 200 000 durant une cinquantaine de jours. En 1992, le réseau autoroutier strasbourgeois a été complété par le contournement sud reliant l’A4/A35 à la place de l'Étoile en direction de l’Allemagne.

Réseau autoroutier strasbourgeois, source via michelin
Le réseau autoroutier de par son implantation au cœur de l’agglomération forme une véritable frontière entre les différents quartiers de l’agglomération. Cependant, il est important de remarquer que celui-ci, construit par l’Etat a intégré lors de sa construction des passages permettant des connexions pour les cyclistes qui s'intègrent dans le maillage du réseau cyclable strasbourgeois. Ces passages sont souvent aménagés avec des trottoirs et certains répondent au nom d'anciens vainqueurs du Tour de France (Antonin Magne, Jean Robic, Maurice Garin...).

Passage Jean Robic sous le tronçon central à 2*4 voies de l'A4/A35
Piste cyclable bidirectionnelle "Antonin Magne" avec éclairage dynamique longeant l'A350
Passage de la laiterie sous l'A4/A35 sur la piste Maurice Garin

Place de Haguenau: bretelle de sortie de l'A4/A35 Nord vers le centre ville


Passage du petit Heyritz sous le contournement sud
Place de Haguenau :  piste cyclable bidirectionnelle équipée d'un éclairage dynamique sous la bretelle d'accès à l'A350

En complément, la Communauté urbaine de Strasbourg a aménagé de pistes cyclables bidirectionnelles différents axes passant sous l’autoroute tels que la route des Romains, la rue de la gare aux marchandises ou encore la rue de Molsheim.

Deux nouvelles passerelles dédiées aux cyclistes et piétons sont planifiées pour continuer à s’affranchir de la coupure de l’autoroute. La première se situera au nord en parallèle à la route de Hausbergen et permettra de relier Schiltigheim à l’Espace européen de l’entreprise. La seconde se localisera au sud en complément de la future liaison en transport en commun entre Ostwald et Illkirch Baggersee.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire