29 oct. 2012

La métamorphose de l'espace public à Strasbourg

Strasbourg était comme toutes les grandes villes françaises dans les années 1960/1970 le paradis de la voiture. La ville a été progressivement adaptée à ce mode de transport afin qu’il puisse pénétrer jusqu’en son cœur même. La dernière ligne de tram "à l'ancienne" a été démantelée en 1960 pour faire place nette à la voiture.

Le choix de réintroduire le tramway "moderne" en 1988 au lieu d’un métro automatique a modifié en profondeur la ville, sa pratique et la mobilité pour une grande partie de ses habitants. En compléments aux actions spécifiques mises en œuvre dans le cadre des différents schémas directeurs vélo, ce mode de déplacements a également grandement profité des aménagement connexes aux lignes de tramway (piétonisation d'une grande partie du centre ville, suppression du transit en centre ville, nouveaux aménagements cyclables...).

Voici quelques images issues d'une exposition organisée par le Photo Ciné Club d'Alsace il y a quelques semaines qui illustrent parfaitement mon propos


La place Kléber
Photo : carte postale Estel
Photo: Carlo Ruggeri

La place de l'homme de fer
Photo: Raymond Rapp (PCCA)
Photo: Raymond Rapp (PCCA)

La place de la gare
Photo : Alfred Haefele / Euroflash
Photo: Carlo Ruggeri (PCCA)

Sainte Marguerite/ ENA
Photo : Raymond Rapp (PCCA)
Photo : Raymond Rapp (PCCA)

Le pont Churchill
Photo: Archives municipales de Strasbourg
Photo : Jacques Kochanski (PCCA)

Le parc de l'étoile
Photos : Raymond Rapp (PCCA)

26 oct. 2012

Black label society

La communauté Black Label est née en 1992 à Minneapolis. Elle a été fondée dans le Minnesota par un groupe d’amis qui partageaient la même passion pour le vélo. On n’en sait pas plus sur les origines du groupe auquel on attribuerait des affaires clandestines. Aujourd’hui on retrouve des communautés Black Label dans toutes les grandes villes des Etats-Unis. Une des plus actives s’est développée à New York dans le quartier de Brooklyn. Elle regroupe une des populations des plus marginales et ingénieuse de la ville. Ils consacrent une grande partie de leur temps à réaliser de magnifiques tall bike tous plus originaux les uns que les autres à partir de pièces récupérées à droite à gauche dans les décharges de la ville.

Ils organisent chaque année un événement spectaculaire qui est devenu légendaire en quelques années. Appelé «Bike Kill», il consiste en de nombreux "jeux" (tourner en rond en buvant de la bière, passez des obstacles tels qu'un montagne de matelas en se faisait jeter dessus différents projectiles...) auxquels participent les membres déjantées du Black Label sur leur monture tout aussi déjantée. Le "Bike kill" se déroule dans une ambiance survoltée ou chaos et destruction sont de rigueur. L’événement se conclut par une série de joute directement inspirée de l'époque médiévale. Elle consiste en un combat entre deux cyclistes arrimés sur des tall bike et armés de perche. Le but du combat est de faire tomber son adversaire tout en restant sur son vélo.

Vous pouvez vous faire une idée du Bike Kill en regardant les magnifiques clichés de Julie Glassberg en cliquant sur le lien suivant Bike Kill by Julie Glassberg et la vidéo suivante

                                               

D'autres vidéos plus trash existent sur le Bike Kill et le Black Label, je vous laisse les trouver si vous êtes intéressés... Ça donnera peut être des idées à Bretzselle pour de prochaines animations...




24 oct. 2012

Strasbourg, première ville cyclable française

Ce reportage de France 2 date de 2006. Il dresse en 2 minutes un portrait relativement complet du vélo à Strasbourg avec notamment une petite apparition de Jean Chaumien fondateur du CADR en 1975. Le reportage met en avant l'action continue en faveur du vélo des divers hommes et femmes politiques strasbourgeois, véritable gage de réussite d'une politique cyclable durable...Notez enfin, qu'en 2006, les choppers et autres cruisers étaient déjà en circulation à Strasbourg...



22 oct. 2012

La culture vélo à Copenhague - partie 7 - Concentré de culture vélo

On termine aujourd'hui cette série spéciale sur la culture vélo à Copenhague. Si de l'extérieur la situation à l'air paradisiaque, rassurez-vous Copenhague, même si elle s’autoproclame World Cycling Capital, est soumise aux mêmes problèmes que les autres grandes villes :

-    proposition de nouvelles infrastructures routières pour fluidifier la circulation,
-    choix d’aménagements pas toujours des plus favorables aux cyclistes,
-    coupe budgétaire impactant la politique de développement du vélo
-    abandon de la modernisation du système de VLS qui se voulait être le plus moderne du marché
-    lutte politique entre les partis pro-voiture et ceux pro-vélo...

Néanmoins, pour finir cette série spéciale de 7 articles sur une note positive, I bike Strasbourg vous propose, une dernière série de photo qui transpire la culture vélo à Copenhague et qui prolonge les thèmes abordés autour de la culture vélo à Copenhague.






   


Christiania bike sound system photovoltaïque
 

Les fameux vélos en bambous
 


Enfin avant de quitter définitivement la capitale danoise, nous vous proposons de regarder ce petit clip de promotion du vélo à Copenhague qui je l'espère vous donnera envie d'aller y pédaler...

19 oct. 2012

Vélorution du florival

A l’initiative du collectif citoyen de Guebwiller, le samedi 13 octobre une vélorution s’est tenue durant toute la matinée dans le Florival. Environ 90 personnes ont répondu présent (pour une fois les organisateurs et la police sont d’accord sur les chiffres !) pour parader dès 8h45 au départ de la gare de Bollwiller, et jusqu’à 12h30 à l’Hôtel de ville de Guebwiller où s’en est suivi un grand pique nique collectif. Merci à Robin de l'association Bretz'selle pour l'article et les photos.




L’objectif de cette vélorution était de promouvoir l’utilisation du vélo comme mode de déplacements, mais également d’attirer l’attention sur le manque ou l’inadaptation des infrastructures cyclables dans le Florival. Au cours de ce défilé, plusieurs arrêts ont été effectués au carrefour du Nouveau Monde, sur la place du marché de Soultz, au camping d’Issenheim, au cimetière de Guebwiller et enfin au collège de Buhl. Ces étapes ont permis d’illustrer les propos des différents intervenants au sujet de leur enfer quotidien à vélo ou de leur dépendance totale à la voiture faute d’aménagements cyclables.





D’autres associations telles que le CADR Mulhouse et Bretz’selle (Strasbourg) sont venues se joindre au cortège pour soutenir cette initiative. Que l’on soit cycliste des villes ou cycliste des champs, même combat … on réclame toujours plus et toujours mieux pour sa sécurité à vélo.





Cette vélorution fut également l’occasion pour l’association locale « l’Atelier Roue Pet’ » de fêter sa création, notamment avec la présence de son atelier mobile au sein du cortège. A l’initiative de quelques fervents défenseurs du vélo, l’association Roue Pet’ espère pouvoir bientôt ouvrir son atelier participatif de réparation de vélo à Guebwiller. C’est aussi pour les soutenir dans leur entreprise que Bretz’selle s’est joint au défilé. A l’issue du pique nique, une rencontre entre les deux structures s’est tenue afin d’échanger, de conseiller, de nouer un lien inter-association et par là même de conforter une dynamique régionale.



15 oct. 2012

La culture vélo à Copenhague - partie 6 - Cycle Chic

L'histoire de Cycle Chic a commencé en Juin 2007, lorsque Mikael Colville-Andersen, journaliste, cinéaste et photographe commence à publier sur internet ses photos sur la culture vélo à Copenhague.

Première photo publiée sur Copenhague Cycle Chic en juin 2007
Le public accueille positivement les photos. L'intérêt pour la place du vélo dans le quotidien des habitants de la capitale danoise dépasse très rapidement le Danemark. Mikael Colville-Andersen a développé une idée originale et qui plait. Cycle Chic est destiné à exposer l'art de se déplacer à vélo au quotidien avec style et élégance. Une des devises de Cycle Chic est « Style over Speed » expression qui se traduit dans la langue de Molière par « le style plutôt que la vitesse...». Voici quelques photos de cyclistes copenhaguois rencontrés cet été. Vous comprendrez sans doute pourquoi ce mouvement est né dans la capitale danoise...









 





Cycle Chic a pour but de développer la culture vélo en démontrant que celui-ci est un mode de déplacement efficace et qu'il joue un rôle essentiel dans l'amélioration de la qualité de vie dans nos villes. Si bien que le nombre de blogs inspirés par Copenhague Cycle Chic se sont développés depuis 2007.


Aujourd'hui des villes du monde entier ont repris officiellement le concept. On retrouve des nombreux blogs en Europe (Amsterdam, Vienne, Londres, Barcelone, Budapest, Berlin...) et d'autres au delà du vieux continent à Sydney, Mexico, Vancouver ou encore Los Angeles...

Les principes du mouvement Cycle Chic se résument en un manifeste comportant 10 points.

  1. J’ai choisi d’être élégant à vélo, aussi, je privilégierai toujours le style à la vitesse,
  2. Je suis un cycliste responsable qui contribue visuellement à un paysage urbain plus agréable esthétiquement,
  3. Sans être particulièrement étiqueté comme un « activiste du vélo », je suis conscient que ma simple présence dans le paysage urbain inspirera d'autres personnes à pratiquer le vélo,
  4. Je pédalerais avec grâce, élégance et dignité,
  5. Je choisirai un vélo qui reflète parfaitement ma personnalité et mon style,
  6. Je considérerai mon vélo à la fois comme un simple moyen de transport, et aussi comme partie intégrante de mon propre style,
  7. J'essayerai toujours de faire en sorte que la valeur totale de mes vêtements soit supérieure à celle de mon vélo,
  8. J’aurai toujours un vélo «tendance», sans toutefois sacrifier à la mode des équipements indispensables à ma sécurité : un carter, un porte-bagages, une sonnette et un panier,
  9. Je respecterai le Code de la Route,
  10. Sous aucun prétexte je ne porterai ni posséderai de vêtements qui pourraient s’apparenter à un quelconque équipement vélo, cela à l’exception du port d’un casque, et à condition que ce soit un choix délibéré de ma part. 

En France, plusieurs villes ont leur blog, d'abord Bordeaux depuis octobre 2010 puis Paris en avril 2011, plus récemment Toulouse à la rentrée 2012, mais surtout Strasbourg Cycle Chic qui depuis juillet 2011 propose une mise à jour quotidienne et ceci grâce à la présence de près de 30 000 usagers quotidiens du vélo à Strasbourg et à la diversité des styles des "chiclistes" strasbourgeois...

12 oct. 2012

Les vélos cargo strasbourgeois, partie 1.

En complément à l’article de rue 89 sur les cargo bikes à Strasbourg, vous trouverez aujourd’hui quelques photos des différents types de cargo bikes rencontrés à Strasbourg au cours des précédents mois. 










Les plus présents sont les bakfiets, suivi des Big Babboe. Pour les professionels, le Bullit est le cargo bike le plus adapté. Il est capacitaire, plus léger (cadre en aluminium) et propose une position de conduite plus nerveuse. Pour ceux qui souhaiteraient tester un Bullit, sachez que Velhop en propose 3 à la location (un rouge, un noir et un blanc). Il faut juste tomber sur la bonne personne et le prévoir à l'avance car tout le personnel ne semble malheureusement pas au courant...











Il y a certainement un cargo bike qui vous changera la vie alors n’hésitez plus, pratique, économique, écologique, robuste, chic, familial, sur deux ou trois roues, le cargo bike est le véhicule du futur !!!