15 sept. 2014

London cyclists...

Après nous avoir fait découvrir les cyclistes de Key West et de New York, mon collègue Pierre nous a ramené quelques photos des cyclistes londoniens et notamment des nombreux usagers de Brompton et de fixies. Ne connaissant que très peu cette ville et sa culture vélo, je vous propose d'agrémenter ces clichés d'un court passage issu du livre de Frédéric Héran, le retour de la Bicyclette.

"A Londres la pratique du vélo remonte depuis 2001 et a plus que doublé en dix ans, partant toutefois de très bas (soit aujourd'hui environ 2% de part modale). En 2010, la municipalité prend la mesure du phénomène et décide de lancer une « cycling revolution » visant à faire de Londres une ville « aussi accueillante aux cyclistes que Copenhague ou Amsterdam » selon le Maire. Cette « vision » s'articule autour de trois grandes mesures.




La première concerne le lancement, en juillet 2010, d'un système de vélos en libre service dans le centre, sponsorisé par la banque Barclays et doté de 6000 vélos auxquels se sont ajoutés, fin 2013, 4300 autres. Ce service connait un beau succès (NDLR: malgré cela, Barclays a annoncé son retrait du système en 2015, remettant ainsi en cause la pérennité du système). La deuxième mesure vise à réaliser douze radiales cyclables dans la proche banlieue (Inner London), appelées pompeusement cycle superhighways (super autoroutes pour vélos). Cinq d'entre elles ont déjà été aménagées. Mais il ne s'agit bien souvent que de bandes cyclables dotées de sas aux carrefours, peintes en bleu Barclays et situées dans des couloirs bus non élargis ou même partagées avec les voitures. La troisième mesure consiste à réaliser des biking borough (arrondissements cyclables), dont le détail est laissé à l'initiative des autorités locales.
 

Très belle désaturation sélective !


Ces mesures rendent les cyclistes bien plus visibles, mais sans assurer suffisamment leur sécurité, cinq décès ayant défrayé la chronique en novembre 2013. Il est vrai que le réseau viaire de la capitale est particulièrement étroit et encombré. Les cyclistes londoniens sont aussi assez différents des cyclistes parisiens. Ayant été soumis à des contraintes plus fortes et devant assurer des trajets plus longs (Londres est une ville bien plus étalée que Paris), les rescapés sont plus aguerris, roulent plus vite et portent plus souvent des tenues fluos et des casques."




Merci à Pierre pour ces souvenirs de son escapade Outre Manche. On reparle de l'ouvrage de Frédéric Héran "Le retour de la bicyclette" cette semaine sur I Bike Strasbourg...

14 sept. 2014

Snowboard bike !

Cette semaine, j'ai photographié un étonnant vélo dans les rues de Strasbourg. Après quelques recherches, j'ai trouvé un site, celui de l'inventeur qui explique le fonctionnement de ce vélo qui a pour particularité de proposer des sensations proches du snowboard.


A l'approche de l'ouverture de la saison des sports d'hiver, il vous reste un peu de temps pour parfaire votre condition de snowboarder sur ce vélo !

11 sept. 2014

I Bike Strasbourg teste les TrioBike Mono et Boxster.

Grâce à Biky Family, importateur français de la marque de vélos cargo danoise TrioBike, j’ai essayé durant une dizaine de jours les triporteurs Mono et Boxster. Le premier est très courant dans les rues de Copenhague. Il se distingue par une esthétique réalisée par l’entreprise Design Agenda dans le plus pur style danois. Le cadre en aluminium et la caisse proposent des lignes courbes lui donnant une allure élancée et aérodynamique.

Le TrioBike Mono pèse 31,5 kg. Il dispose d’une caisse suffisamment grande pour transporter deux enfants et d’autres marchandises. Equipée d’une banquette deux places avec deux harnais maintenant parfaitement les enfants, elle peut supporter jusqu’à 90 kg. Elle bénéficie également sur le bas de son côté droit d’un astucieux crochet qui permet de cadenasser facilement le triporteur et qui peut également servir de marche pied aux enfants pour grimper à bord. La caisse est équipée d’une capote d’excellente qualité disposant de nombreux points d’accroches.



Comme tous les vélos cargo, l’équipement du TrioBike Mono est complet. Il se compose d’un système de vitesse indexées au moyeu arrière proposant 8 vitesses, de freins à disques à l’avant montés sur des roues de 20 pouces, d’un rétropédalage à l’arrière sur une roue de 26 pouces, d’un bloque roue intégré au cadre et d’un frein à main placé sur la poignée gauche.  La conduite du TrioBike Mono est très aisée et plaisante. Je regrette toutefois un rayon de giration suffisant pour manœuvrer mais inférieur à ces cousins Nihola ou Christiania.

Le modèle est disponible en blanc ou en noir, Il est également possible de choisir la couleur du siège et de la capote parmi un nuancier disposant de 18 couleurs. Au guidon de ce triporteur d’une valeur de 2700 € avec capote, encore plus qu’avec un autre, vous ne passerez pas inaperçu surtout si la caisse comme c’était le cas sur le modèle testé est pelliculée d’une gueule béante de requin.


Le Triobike Boxster reprend les mêmes caractéristiques (cadre, équipements…) que le Mono mais avec une caisse au design plus classique que son homologue à deux places. Elle est équipée de deux banquettes permettant de transporter jusqu’à 4 enfants. La capote repose sur deux arceaux pouvant se retirer assez rapidement grâce à des petites vis. Le cadre et la capote sont disponibles en noir ou blanc avec un siège noir. Il est proposé à 2615 €




Je n'ai pas trouvé la conduite de ce modèle très plaisante car la barre reliant le cadre au guidon venait heurter mes genoux dans les virages. Malgré différentes positions de conduite, je n’ai pas réussi à m’affranchir de cet embêtant problème. Un défaut qui contraint grandement l’utilisation du Boxster à plus forte raison quand il est chargé de plusieurs enfants…

Manque d'espace entre la selle et la barre de direction

Pour finir sur la marque aux trois doigts levés, sachez qu’elle propose depuis peu un biporteur reprenant les lignes élégantes et les équipements qui ont fait le succès du TrioBike Mono. Si vous êtes interessé par l'un de ces modèles n'hésitez pas à contacter Biky Family.

8 sept. 2014

Clara, coursière à vélo....

Originaire de Bourgogne, Clara a 26 ans. Elle est diplômée de l'école supérieure des arts décoratifs de Strasbourg. C'est en arrivant dans la capitale alsacienne qu’elle s’est mise sérieusement au vélo en partant régulièrement à l'assaut des sommets vosgiens. En parallèle à son travail d’artiste peintre, Clara cherchait une seconde activité. C’est assez naturellement que l’idée de devenir coursière à vélo s’est concrétisée. Elle a effectué un premier test sur un Bullitt en aidant la société Timing pour la St Valentin. En avril 2014, elle est embauchée Tomahawk Bike Messengers et endosse le maillot rose de la tribu.

Clara est la première coursière de la société qui compte 14 employés. Elle bénéficie d'un contrat de 11h par semaine lui laissant suffisamment de temps pour peindre et développer son art. Elle effectue principalement les courses urgentes et les tournées de laboratoires. Les clients ont été dans un premier temps surpris de découvrir qu’une femme soit coursière à vélo. Ils se sont très vite rendu compte que Clara comme ses autres collègues masculins effectue son métier avec professionnalisme.


Clara dispose de deux vélos, un fixie sur lequel elle pédale durant son travail de coursière et un de la marque italienne Colnago qu'elle utilise exclusivement pour la route. Son métier de coursière qu'elle effectue parfois sous la pluie ou dans le froid l'a rendu moins sensible aux conditions météorologiques pour aller grimper quelques cols. Du coup, elle se questionne sur la participation à des premières compétitions de cyclisme et souhaite ouvrir la voie à de nouvelles coursières qui sont encore aujourd'hui trop rares dans le métier.

4 sept. 2014

Panam city cyclists !

Après le Paris cargo bikes meeting, I Bike Strasbourg vous propose de prolonger notre séjour dans la ville lumière car il n'y a pas que des vélos cargo sur les bords de Seine. On y rencontre de plus en plus de cyclistes, qu'ils soient au guidon d'un Vélib, d'un vélo hollandais, d'un fixie ou d'un vélo pliable...













Paris est la capitale de la mode, sera-t-elle un jour la capitale du vélo ?

1 sept. 2014

Paris cargo bikes 2014

Le 29 Juin, l’association Paris Cargo Bikes organisait le troisième Paris Cargo Bikes Meeting. Cette journée, unique en France, porte bien son nom puisqu’il s’agit de rencontrer d’autres usagers quotidiens de vélos cargo d’échanger et de s’affronter joyeusement dans diverses épreuves chronométrées. Grâce à la renommée grandissante de l’événement, de nombreux fabricants ou revendeurs de vélos cargo avaient fait le déplacement puisque Lyon Cycle Chic, Cyclable, Vecto, Nihola, Douze Cycles, Bicicapace, Winther, Vélobac, Lovelo et Urban Arrow exposaient du matériel qu’il était possible de tester.

J'en ai donc profité pour essayer entre autres l’intéressante gamme de biporteurs de Douze Cycles, le triporteur Bella Bike très répandu dans les rues de Copenhague et qui a la particularité avec sa roue arrière directionnelle de vous rappeler les sensations du skate ou du snowboard et enfin le magnifique biporteur Christiania Bikes qui devrait bientôt faire de l’ombre aux Bakfiets...





 
 
 

J’ai participé à cet événement sur un Christiania Bikes prêté par Vecto, le distributeur français de la célèbre marque danoise aux trois ronds. Les riders devaient réaliser un slalom, déposer au guidon de leur monture différentes marchandises (poisson rouge, DVD, dépôt de plainte, médicament…) dans une zone délimité et  reproduire une journée type à vélo cargo (dépose des enfants à l’école, journée de travail, courses et recherche des enfants). Ces trois épreuves chronométrées pouvaient être réalisées avec du chargement (seaux d'eau et/ou personnes) afin d'obtenir des points de bonus. Les deux dernières épreuves étaient des courses de deux tours de 500 m regroupant tous les participants dont une en relais.

Le stand Vecto avec Sophie sur le triporteur avec lequel j'ai participé au meeting et Myriam au guidon du nouveau biporteur de Christiania Bikes







 


 


Hans "Bullitt" Fogh, manager de Larry vs. Harry la marque qui commercialise le Bullitt et Francesco Lombardi, manager de Bicicapace avaient fait le déplacement pour particciper à l'évenement.

Hans et son Bullitt prêté pour l'occasion
Hans et Francesco ont échanger leur vélos.
Félicitations au vainqueur, Jérôme, déjà lauréat de l'édition 2013 qui roule sur un Bullit ainsi qu'aux organisateurs de ce meeting qui a pleinement atteint son objectif de promotion des vélos cargo malgré une météo difficile.
Le vainqueur et son joli trophée
Vous pouvez retrouver d'autres photos de l’événement sur le site de Paris Cargo Bikes. Rendez-vous l'année prochaine avec pourquoi pas une délégation strasbourgeoise !