28 sept. 2016

Le premier Cargo Corso de Bâle est une réussite !

Pour la semaine de la mobilité (Mobilität Woche en allemand) qui se déroulait en Suisse du 12 au 18 septembre, la ville de Bâle n'a pas fait les choses à moitié. Pas moins de 60 animations gratuites et pour tous les publics étaient organisées par une quarantaine de partenaires. Elles mettaient en avant les modes de transports alternatifs à l'automobile et proposaient de nombreux prix à gagner.

Naturellement, dans la ville suisse où le vélo est le plus utilisé avec une part modale de 20 %, le vélo tenait une place importante dans les festivités. Poursuivant ses efforts pour développer le vélo cargo, Bâle, a spécifiquement dédié une après midi à ce mode de transport. Organisée par l'office de l'environnement et de l'énergie bâlois, cette animation appelée, Cargo Corso, avait pour objectif de démontrer qu'il est facilement possible de transporter des marchandises ou des enfants à vélo sans polluer.

Véritable ode à la Cargologie, le Cargo Corso a réuni en plein centre ville sur la place du marché, différents magasins de vélos cargo, des entreprises utilisant quotidiennement ces vélos, diverses animations et informations l'usage des biporteurs et triporteurs. Le directeur de la mobilité de Bâle, Alain Groff, est venu apporté son soutien à l’événement et dire tout le bien qu'il pense des vélos cargo.


Alain Groff au micro d'une radio locale


En complément, les coursiers de Kurierzentral qui effectuent quotidiennement de nombreuses courses en Bullitt dans l'agglomération trinationale de Bâle, avaient organisé un challenge pour les personnes souhaitant tester leurs biporteurs. N'ayant pas été contacté pour bénéficier d'une livraison gratuite de mes courses, ni pour la mise à disposition d'un vélo cargo du service Carvelo2go pour un week end, je pense ne pas avoir gagné ce « contest »...


Progressivement les vélos cargo ont pris la possession de la place en attendant le départ du Corso de 2 kilomètres, qui représentait le bouquet final de cet après midi. Près de 70 vélos cargo, rejoints par quelques cyclistes tractant des remorques ont ainsi paradé durant une demi heure dans le centre ville de Bâle. Le cortège, qui se composait d'une très riche variété de modèles, n'est pas passé inaperçu et a rempli son objectif en attirant la curiosité des passants et en suscitant interrogations et étonnements sur son passage.











 
Bâle ne fait que suivre la tendance générale au développement de la Cargologie. En effet, d'autres villes s’activent pour développer l'usage des vélos cargos. C'est le cas de Bruxelles qui a également organisé un événement similaire dans le cadre de la semaine de la mobilité. En France, Grenoble a récemment fait tester différents modèles afin de sélectionner ceux qui seront d'ici peu proposés à la location par le service Métrovélo. Enfin, Strasbourg a équipé d'attaches spécifiques les places de stationnement réservées aux vélos cargo qu'elle avait crée il y a un an... Ces différentes actions démontrent bien que les vélos cargo sont de plus en plus plébiscités pour remplacer les voitures en villes. 2017 sera-t-elle l'année de la Cargologie ?

22 sept. 2016

URGENT, Nouvel atelier d'autoréparation à Strasbourg recherche local !

Et de 5 ! Après Vélostation au Neudorf, Bretz'selle au centre ville, Acro du Vélo à Cronenbourg, Air et Huille sur le campus de l'Esplanade, le Syndicat Technique d'Initiatives Cyclables de Koenigshoffen (le Stick) représente le cinquième atelier d'autoréparation de Strasbourg. Comme son nom l'indique et à l'instar de son voisin de Cronenbourg, le Stick est un nouvel essaimage de Bretz'selle. Cet atelier, véritable incubateur, débordant d'énergie, d'idées et d'adhérents s'acharne depuis plusieurs années à développer ses services dans les quartiers ouest de Strasbourg, ceux où la part modale du vélo est la plus faible (3 % contre une moyenne d'agglomération de 8 % et de 15% dans le centre ville élargi...). 

Ainsi après Cronenbourg, Bretz'selle a décidé de concentrer ses efforts sur le quartier de Koenighsoffen. L'association a commencé à l'automne 2015 à investir le quartier lors de différents événements, à distribuer des tracts, à réaliser leurs fameuses actions « Pit Stop*» sur les principales pistes cyclables du secteur ainsi qu'à rechercher un local dans le quartier. C'est à ce moment que Simon Burgun, entend parler du projet et commence à s'y investir. Il est aujourd'hui Président du Stick, nouvelle association d'autoréparation, dont les statuts ont été déposés en Juin 2016. L'adhésion annuelle est de 10 € pour les chomeurs et étudiants et de 15 € pour les autres personnes. Pour ce prix, vous aurez droit aux conseils de spécialistes du vélo qui vous permettront d'entretenir ou de réparer vous même votre vélo, d'avoir accès aux outils ainsi qu'aux différentes pièces détachées dont dispose l'association. 



La rentrée 2016 a marqué les débuts officiels du Stick. Les ateliers ont lieu tous les jeudis de 17h30 à 19h30 et se finissent dans la convivialité autour d'un verre. Ils se déroulent, en attendant un lieu pérenne, dans la cour de Simon, sise au 19 route des romains et réunissent un public varié, composé de 10 à 15 personnes. Yoav, habitant de Koenigshoffen est venu réviser le vélo d'amis qui traîne dans sa cave et celui de son fils. Il ramène également un vélo à démonter qu'il a sauvé de la déchetterie et qui fournira le Syndicat en pièces détachées. Pascal, lui, souhaite réparer le pédalier du vélo qu'il a reçu pour sa communion en 1986 et sur lequel, il roule toujours quotidiennement pour se rendre au travail.

Yoav vérifie la transmission de son vélo
Pascal tente d'éliminer le jeu de son pédalier

De son côté, Hélène à découvert les ateliers d'autorépartions lors de ses études en Allemagne et le Stick par le bouche-à-oreille. Heureuse de pouvoir retrouver cette ambiance, elle y est venue pour réparer une crevaison. Les membres l'ont l'épaulée pour venir à bout de ce « plat » et lui ont permis également de bien fixer son siège enfant sur son porte bagage. En bon maître de cérémonie, Simon passe d'un membre à l'autre pour écouter et conseiller. Ainsi, Laurencé, vélotafeur du quartier, repartira de cet atelier avec un vélo entièrement révisé et en ayant appris à dévoiler une roue sans la démonter. 

Simon explique à Laurencé comment dévoiler une roue sans la démonter
Hélène ressere les fixations de son siège enfant
Laurencé repartira de l'atelier avec un vélo comme neuf !


Le Stick permet ainsi de créer du lien social tout en donnant aux cyclistes la possibilité d'apprendre à réparer ou à entretenir son vélo. Vous pouvez obtenir plus d'informations sur l'atelier sur sa page Facebook. C'est par des actions comme celles-ci que le vélo se développera plus massivement dans l'ouest strasbourgeois. Il ne reste plus qu'à trouver rapidement un local afin que les ateliers puissent se dérouler dans de bonnes conditions durant l'hiver. L'appel est relayé!



* Ces actions, qui reprennent le nom des arrêts aux stands lors des courses automobiles, consistent à se placer à proximité d'une piste cyclable et à proposer, gratuitement, un rapide contrôle technique du vélo (pression des pneus, graissage de la chaîne, resserrage des freins...)

15 sept. 2016

La Paulette à bicyclette aspire à devenir l’événement vélo rétro de Strasbourg !

Depuis une dizaine d'années, des événements rassemblent dans de nombreux pays des sportifs, passionnés ou quidam souhaitant passer une bonne journée à vélo en famille ou entre amis en quête « du bon vieux temps » dans une ambiance rétro. Ce phénomène s'est développé ces dernières années et les manifestations de ce genre attirent un public de plus en plus nombreu xdiversifié.

Le plus connu de ces événements, l'Eroica se déroule le premier week end d'Octobre sur les routes blanches de Toscane en Italie. Moins de cent participants s'étaient présentés sur la ligne de départ lors de sa première édition en 1997. L'année dernière, ils étaient 6000 ! Ce succès a amené les organisateurs à décliner le concept à travers le monde. D'autres Eroica se déroulent depuis quelques années aux quatre coins du monde et dans d'autres pays européens. L'Italie est le pays de référence pour les manifestations de vélos anciens. De nombreux autres événements mettant en avant le vélo « vintage », s'y déroulent comme « La Gran Corsa Milan San Remo » et ses 300 km à réaliser impérativement sur un vélo datant d'avant 1930, le Giro d'Italia Eroica ou encore la Moserissima organisée par l'ancien cycliste professionnel Francesco Moser.

Outre manche, ce sont style vestimentaire et le flegme britannique qui sont mis en avant avec l’organisation, depuis 2009, à Londres, de la Tweed Run. D'autres événements familiaux comme « A l'ancienne » (en français dans le texte!), qui devient progressivement un véritable festival du vélo rétro, sont également organisés. En Belgique, La Rétro Ronde, La Savoureuse ou La Vieille Boucle mettent également à l'honneur les vélos anciens pour les sportifs ou le grand public. La France n'a pas tardé à « sucer la roue » de ces voisins européens et à proposer différents événements vélo rétro. 

Le plus connu est l'Anjou Vélo Vintage, devenu aujourd'hui la référence du genre. Organisé depuis 2010, à Saumur, l'A2V, comme disent les habitués, propose plusieurs circuits serpentant entre la Loire, ses châteaux et les vignobles de la région. Le succès et la renommée rapidement acquise par l'Anjou Vélo Vintage ont suscité un regain d’intérêt pour le vélo rétro en France. D'autres manifestations comme le Tour de Rance, en Bretagne, le Ride Béret Baguette en région parisienne, le Ride Rétro dans les Ardennes et bien d'autres sont venu compléter et diversifier l'offre pour le plus grand bonheur des amateurs de randonnées vélo vintage.

Bizarrement, Strasbourg, première ville cyclable de France n'a pas suivi le mouvement. C'était sans compter sur la motivation de Géraldine Roset. Cette strasbourgeoise dans la quarantaine, dentiste et mère de famille, découvre l'Anjou Vélo Vintage en 2014 par le biais de photos et d'affiches sur internet. Elle est tombée immédiatement sous le charme de cette manifestation et a décidé d'y participer en 2015, avec son mari. Séduite par l'ambiance et les costumes d'époques qui gomment les différences sociales, elle y retourne en 2016 accompagnée d'un couple d'ami. 

Géraldine, au premier plan à gauche, son mari et leurs amis lors de l'édition 2016 de l'Anjou Vélo Vintage.
Convaincue qu'un « Strasbourg Vélo Vintage » serait une réussite dans la capitale alsacienne, elle décide avec deux amies, de se lancer dans l'organisation du premier événement de ce genre à Strasbourg (rappelons toutefois qu'un événement de ce genre avait eu lieu en 2014 pour l'ouverture du troisième magasin d'Esprit Cycles).

L’événement s’appellera la Paulette à Bicyclette en hommage à la chanson, « A Bicyclette » d'Yves Montand. La communication s'est limitée pour une première édition à un blog et une page facebook distillant les informations nécessaires pour participer à l’événement ainsi que des conseils vestimentaires pour satisfaire au thème de la balade qui souhaitait mettre en avant les années 1940 et 1950.

Ainsi, plus d'une soixantaine de cyclistes s'est présentée au rendez dimanche dernier pour remonter, durant une matinée, le temps à vélo. La plupart des participants, y compris les jeunes, s'était parée d'habits ou d'accessoires d'époque dont certains chinés dans les armoires des parents ou grand parents, dans des friperies ou sur internet (chapeaux, bérets, bretelles, nœuds papillon et pipes pour les hommes, robes, bandeaux, gants en dentelle, chaussettes blanches et sacs pour les femmes).










En complément, de nombreux vélos ont été décorés pour correspondre au thème, grâce à l'indémodable panier pic-nic en osier ou des cageots pour transporter le repas de midi et au fanion de l’événement frappé de son logo. Le cortège se composait principalement de mini vélos, de vélos hollandais aux traditionnels et indémodables cols de cygnes, de modèles des années 50 à 70, de quelques triporteurs et... du tandem de Marine. Abandonnée au dernier moment par son compagnon pour des raisons professionnelles, cette participante a proposé à une amie qui devait participer en Vélhop, de laisser son vélo de location au repos et de faire son baptême de tandem lors de la balade de dix kilomètres dans le centre ville de Strasbourg.








En fin de parcours, le cortège a pris la direction du Jardin des Deux Rives pour un pic-nic au bord du Rhin sous un soleil radieux. Cette pause ravitaillement a permis aux participants de faire mieux connaissance, de partager les victuailles amenées par chacun (baguettes, saucissons, fromages et vin pour rester dans le thème) et l’intérêt de ce premier événement vélo rétro à Strasbourg.



Les avis étaient unanimes, la première édition de la Paulette à bicyclette a été une belle réussite et un agréable moment de convivialité « à l'ancienne ». Ces organisatrices souhaiteraient donc organiser, l'année prochaine, une nouvelle édition avec l'aide de différents partenaires (collectivités, vélocistes, restaurateurs, friperies...) pour en faire un événement à la hauteur de la réputation cyclable de l'Eurorétropole de Strasbourg. La Paulette donne d'ores et déjà  rendez-vous en 2017, le 10 septembre pour son retour !




Les renseignements présentés dans la première partie de l'article ont été piochés dans le numéro 7 de Cycle ! Magazine.